Développement durable

12 août, journée internationale de la jeunesse

Haïti : Le Mjsac et l’Onu appellent la jeunesse à s’engager pour le développement durable et la paix

Comment transformer les défis actuels en opportunités d´avenir
lundi 14 août 2017

P-au-P, 14 août 2017 [AlterPresse] --- Le Ministère de la jeunesse des sports et de l’action civique (Mjsac) et la branche en Haïti de l’Organisation des Nations unies (Onu) exhortent les jeunes à s’engager en faveur du développement durable et de la paix.

Cet appel a été lancé dans une note conjointe, transmise à l’agence en ligne AlterPresse, à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse, le samedi 12 août 2017.

Célébrée autour du thème « les jeunes construisent la paix », cette journée souligne le rôle crucial, que jouent les jeunes, dans la prévention des conflits, en tant qu’agents de changement, ainsi que leur contribution à la promotion de sociétés inclusives, à la justice sociale et aux 17 objectifs de développement durable, piliers d´une paix durable, relèvent le Mjsac et la branche en Haïti de l’Onu.

La jeunesse constitue une priorité dans l’action actuelle et future de la famille des Nations unies en Haïti.

Dans ce contexte, la branche en Haïti de l’Onu dit soutenir les efforts dans les domaines essentiels pour les jeunes, tels que l’accès à une éducation de qualité, les services de santé, le travail décent, la promotion de la culture de la paix et de la non-violence.

« 57 % de la population haïtienne a moins de 24 ans (6,2 sur 10,9 millions d’habitantes et d’habitants). Ce qui constitue un grand potentiel de développement et de croissance, si les jeunes ont accès aux services de base et aux opportunités », lit-on dans la note conjointe du Mjsac et dela branche en Haïti de l’Onu.

Les adolescentes, qui sont des actrices clés du développement, sont aussi parmi les plus vulnérables, face aux défis que sont les désastres naturels, le manque d’accès aux services de base, les conditions inégales de travail et la dégradation de l´environnement.

6 millions des 10,4 millions d’Haïtiennes et d’Haïtiens (59%) vivent sous le seuil de pauvreté (2.42 dollars américains par jour), alors que plus de 2,5 millions (24%) vivent sous le seuil de pauvreté extrême (soit 1.23 dollar américain par jour) [1].

Avec 20 % les plus riches, qui détiennent 65 % du revenu total du pays, Haïti est aussi l’un des pays les plus inégalitaires dans la région des Caraïbes et sur la planète Terre, révèle l’enquête sur les conditions de vie des ménages après le séisme (Ecvmas 2012, réalisée deux ans après le tremblement de terre du 12 janvier 2010).

« Ces inégalités affectent notamment les plus jeunes. Selon le rapport des Objectifs du millénaire sur Haïti, les jeunes dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince souffrent d’un taux de chômage record de 57 %. Parallèlement, les jeunes des zones rurales souffrent encore plus du manque d`accès aux services, aux opportunités d´emploi décent et aux postes de décision. Ce qui entrave le processus d´un développement déconcentré et décentralisé », déplorent le Mjsac et la branche en Haïti de l’Onu.

Malgré ces défis, la branche en Haïti de l´Onu considère combien l´engagement d´Haïti, en faveur des Objectifs de développement durable, est une occasion pour que la jeunesse haïtienne continue à construire la paix, en transformant les défis actuels en opportunités d´avenir.

Le mercredi 9 août 2017, la présidence de Jovenel Moïse a procédé à la mise en place d’une « commission de l’innovation et de l’insertion professionnelle des jeunes ».

Créée à partir d’un arrêté présidentiel, pris en conseil des ministres le 12 juillet 2017, cette commission de 24 membres aura pour mission de proposer des politiques publiques, en faveur de la jeunesse, et de faciliter l’insertion socio professionnelle des jeunes. [bd emb rc apr 14/08/2017 10:50]
.

[1Ndlr : US $ 1.00 = 64.00 gourdes ; 1 euro = 79.00 gourdes ; 1 peso dominicain= 1.60 gourde aujourd’hui.