Dépêches

Haïti-Presse : Le journaliste Jean Nazaire Jeanty, inquiet des menaces de mort du maire Gabriel Fortuné à son encontre


mardi 8 août 2017

P-au-P, 08 août 2017 [AlterPresse] --- Le correspondant de la Radio privée Caraïbes f.m, dans la ville des Cayes, Jean Nazaire Jeanty, se dit inquiet pour sa sécurité et celle de sa famille, après les menaces de mort proférées par le maire principal de la ville des Cayes, Jean Gabriel Fortuné, à son encontre.

« Ma famille pleure. Elle n’est pas en sécurité. Je n’ai pas de sommeil la nuit. La nourriture n’a aucun goût dans ma bouche », déclare, l’air perturbé, à l’agence en ligne AlterPresse, le journaliste Jeanty.

« S’il y avait un service secret dans le pays, Jean Nazaire Jeanty devrait être mort… Le salaire du péché, c’est la mort… », continue d’affirmer, sans ambages, Gabriel Fortuné dans la presse.

Ces menaces de mort, clairement exprimées contre le journaliste Jean Nazaire Jeanty, font suite à la diffusion de son reportage, relatant la présence d’ordures sur la plage Gelée (à proximité des Cayes), où est prévu, du samedi 12 au mardi 15 août 2017, un festival à l’occasion de la fête Notre-Dame de l’Assomption de l’église catholique romaine en Haïti.

Le commissaire du gouvernement, près le tribunal civil des Cayes, devait mettre l’action publique en mouvement contre Jean Gabriel Fortuné, après de telles menaces publiques, soutient Jeanty, qui qualifie de « crime d’État » les déclarations de Fortuné.

En aucun cas, dans un pays normal, Gabriel Fortuné ne devait pas être en liberté après ces menaces de mort, avance Jeanty, annonçant qu’une plainte a été déposée, le lundi 7 août 2017, au parquet près le tribunal civil de la ville des Cayes contre le maire principal.

Jean Nazaire Jeanty demande à la présidence de Jovenel Moïse de prendre ses responsabilités, par rapport à la déclaration de Gabriel Fortuné, qui serait liée à un avertissement d’un crime d’État.

Jeanty appelle également la solidarité et au support de la population, notamment des associations de médias et de défense des journalistes, des organisations de droits humains, nationales et internationales.

Pour sa part, l’Association des journalistes haïtiens (Ajh) condamne vivement ces menaces de mort du maire principal des Cayes Jean Gabriel Fortuné et exhorte les autorités judiciaires et policières à assurer la sécurité et la protection de Jean Nazaire Jeanty.

De telles menaces de mort ne sont admissibles dans aucune société démocratique, estime l’Ajh.

Plusieurs journalistes, dont Liliane Pierre-Paul de Radio Télé Kiskeya, ont été également la cible de propos vexatoires de la part de l’ex président Joseph Michel Martelly. [jd emb rc apr 08/08/2017 14:00]