Dépêches

Haïti : Les élections pour les assemblées municipales, bouclées avec 700 membres élus


mardi 18 juillet 2017

P-au-P, 17 juil. 2017 [AlterPresse] --- 700 membres des Assemblées municipales sur 708 ont été élus sur tout le territoire national dans le cadre des élections locales indirectes déroulées du lundi 10 au vendredi 14 juillet 2017, dans les 140 communes du pays.

Le Conseil électoral provisoire (Cep) a fait paart de cette information dans une note de presse datée du vendredi 14 juillet 2017, transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Ces scrutins indirects devaient aboutir à l’élection de 708 membres des Assemblées municipales.

Des actes de vandalisme et absences de candidatures enregistrés, lors des élections locales du dimanche 29 janvier 2017 dans certaines sections communales, constitueraient la raison pour laquelle le Cep n’a pas atteint l’objectif de 708 membres.

Dans la 8e section communale Beauséjour (Léogâne, Ouest) et dans la 21e section communale Berly (Carrefour, périphérie sud), les élections indirectes n’ont pas eu lieu à cause de troubles enregistrés le 29 janvier 2017, fait savoir le directeur exécutif du Cep, Uder Antoine, dans les médias.

Elles n’ont pas été organisées dans la 9e section communale Fonds des Blancs (Aquin, Sud), où il n’y avait pas eu de candidats et dans la 11e section communale Frangipane, où il n’y avait eu aucune candidature, selon les précisions d’Antoine.

Les élections indirectes n’ont pas été tenues non plus à la 7e section de la Grande Rivière (Jacmel, Sud-Est), la 6e section de Jamertie (Côtes-de-Fer, Sud-Est), la 5e section du Bas de Grandou (Bainet, Sud-Est), la 4e section du haut Grandou et la 1re section brésilienne (Bainet, Sud-Est).

Le Cep organisera, du mardi 1er au samedi 5 août 2017 les élections pour les conseils départementaux.

Ce processus a pu être conduit en dépit d’une résolution du Sénat demandant à l’exécutif d’intervenir auprès du Cep en vue de surseoir à l’organisation des élections indirectes.

Cette résolution, non contraignante, a été publiée en date du 10 juillet 2017 dans le journal officiel le Moniteur, le même jour de la tenue de ces scrutins.

Dans ledit document, les parlementaires exigent la mise en place et l’adoption d’un cadre légal approprié à l’organisation des élections indirectes.

Plusieurs structures de pouvoir local ont rejeté la résolution du Sénat.

Elle est qualifiée d’ « illégale » par l’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (Ocid).

Le motif « absence de cadre légal adéquat » mis en avant par le sénat pour appuyer sa décision ne tient pas debout, critique l’Ocid. [jd emb gp apr 17/07/2017 13 :10]