Perspectives

Haïti-Mouvements sociaux : Lancement de l’édition 2017 de l’Université populaire d’été à Montrouis


samedi 8 juillet 2017

P-au-P, 06 juil. 2017 [AlterPresse] --- Une Université populaire d’été sur les mouvements sociaux est prévue, du dimanche 9 au vendredi 20 juillet 2017, à Montrouis (au nord de la capitale Port-au-Prince) autour du thème yon mouvman sosyal vanyan pou yon lὸt Ayiti (un mouvement social fort pour une autre Haïti).

Les réflexions, qui vont être produites sur ce thème, devraient permettre d’évaluer les travaux déjà effectués, les problèmes à rencontrer et les défis à relever, en vue de déboucher sur « un mouvement social fort ».

C’est ce qu’a indiqué Freud Jean, coordonnateur du Programme pour une alternative de justice (Paj), une des entités impliquées dans l’organisation des activités, lors d’une conférence de presse, tenue ce jeudi 6 juillet 2017 et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« Si nous voulons avoir une transformation sociale, il faut que le mouvement social soit fort. Et si nous voulons avoir un mouvement social fort, nous devons connaitre son histoire », soutient-il, faisant référence à toutes les luttes (politique, économique, sociale et culturelle), menées par la population haïtienne depuis l’indépendance du pays.

Organisée, chaque année, sur un thème spécifique, depuis plus de 15 ans, cette Université populaire d’été rentre, depuis trois ans, soit en 2014, dans un nouveau cycle, lequel consiste à définir un programme de trois ans, fait-il savoir.

« L’un des rôles de l’université populaire est de valoriser les savoirs et les connaissances populaires, et de les connecter avec d’autres formes de connaissances scientifiques, élaborées dans les universités traditionnelles et les académies, entre autres », déclare, pour sa part, Camille Chalmers, directeur exécutif de la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda).

L’Université populaire constitue un outil qui devrait être au service d’un authentique projet de transformation sociale, souligne-t-il.

Elle est également un espace, pour les organisations, de partager leurs expériences, en vue de lutter contre les divisions, qui minent les mouvements sociaux en Haïti.

L’Université populaire sera le cadre d’une « analyse approfondie » de la conjoncture nationale et internationale, ainsi qu’un espace de réflexions sur l’économie, la communication et la lutte des femmes.

L’Université populaire d’été de l’année 2016 s’était tenue sur l’économie sociale et solidaire.

Parmi les entités organisatrices, qui accompagnent le mouvement social depuis plus de 20 ans, figurent la Papda, le Paj, l’Institut culturel Karl Lévêque (Ickl), l’Institut de technologie et d’animation (Iteca), la Solidarite fanm ayisyen (Sofa) et la Sosyete animasyon ak kominikasyon sosyal (Saks). [jd emb gp apr 06/07/2017 15:40]