Développement durable

Haïti-Presse : Robenson Henry, prix Philippe Chaffanjon 2017, appelle à une plus grande responsabilité professionnelle


mercredi 28 juin 2017

P-au-P, 28 juin 2017 [AlterPresse] --- Le journaliste de la radio privée Kiskeya, Robenson Henry, récipiendaire du prix Philippe Chaffanjon 2017, appelle à une plus grande responsabilité professionnelle, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

Le prix Philippe Chaffanjon (4e édition), qu’il a reçu, le 1er juin 2017, à Paris, l’incite à faire davantage d’efforts dans le métier, en faisant preuve de plus de rigueur professionnelle, d’engagement et de profondeur, confie-t-il.

Il exhorte les journalistes à s’engager socialement. Car, dit-il, il y a divers phénomènes, qui méritent d’être touchés dans leurs productions.

« Le prix d’une pièce d’identité », le reportage pour lequel Robenson Henry a reçu ce prix, met à nu les difficultés et péripéties, endurées par les citoyennes et citoyens haïtiens pour faire l’acquisition d’une pièce d’identité, comme un livret de passeport, une Carte d’identification nationale (Cin) et un extrait des archives.

À travers ce reportage, le récipiendaire indique avoir voulu agiter le débat autour des problèmes, liés à la distribution et à l’obtention d’une pièce d’identité en Haïti.

Il a dénoncé une certaine irresponsabilité de l’État haïtien à procurer une pièce d’identité à ses citoyennes et citoyens.

L’accès à des pièces d’identité devient un privilège, réservé surtout aux gens qui ont des accointances politiques, critique-t-il.

Le travail était assez difficile, surtout au niveau de la Direction de l’immigration et de l’émigration (Die), qui était inaccessible pour un journaliste en quête d’informations.

Certains employés pensaient qu’ils allaient être démasqués, à cause de leurs pratiques d’extorsion d’argent à l’intérieur de l’institution.

A un certain moment, une tablette tactile (iPad), sur laquelle je prenais des photos, a même été saisie, rappelle-t-il.

Le président Jovenel Moïse a promis de résoudre le problème de l’identité en Haïti, notamment en ce qui concerne la livraison des livrets de passeports.

Le délai, pour l’obtention de ce document, était de 7 jours, alors que, dans la réalité, c’est différent, déplore Henry, soulignant un manque de volonté des autorités pour résoudre ce problème de retard dans la livraison d’un livret de passeport.

Il croit qu’il y a toujours moyen pour un jeune journaliste de faire ce métier, avec professionnalisme et engagement, même dans le contexte du sous-développement d’Haïti.

Le prix Philippe Chaffanjon - du nom du grand reporter, directeur de France bleu et ancien directeur de France info, décédé en avril 2013 - a été créé en 2013.

Il récompense, tous les ans, une réalisation multimédia française et une autre haïtienne. [bd emb gp apr 27/06/2017 11 :20]