Dépêches

La faiblesse des institutions d’Haïti mise en relief dans l’affaire Guy Philippe


mercredi 26 avril 2017

P-au-P, 25 avril 2017 [AlterPresse] --- Les organisations de défense des droits humains mettent en relief la grande faiblesse institutionnelle en Haïti, après la reconnaissance, par Guy Philippe, le lundi 24 avril 2017, devant un tribunal américain, de sa culpabilité, par rapport aux accusations de blanchiment d’argent et trafic de drogue formulées contre lui.

Philippe, qui a plaidé coupable, lors de sa comparution devant un tribunal de Floride, présidé par la juge fédérale Cecilia Altonaga, doit attendre le mercredi 5 juillet 2017 pour connaître sa sentence.

Un message est envoyé au système judiciaire haïtien, pour lui demander de se réveiller, « parce que ce qui s’est produit n’est pas seulement un affront pour Guy Philippe, mais aussi pour la justice haïtienne », estime Jean Maxime Rony, coordonnateur de la Plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (Pohdh), joint au téléphone par AlterPresse.

La justice haïtienne doit cesser de juger uniquement des petits voleurs de cabris, de poules, mais aussi prendre ses responsabilités vis-à-vis des gros crimes, poursuit-il.

« S’il y avait un système judiciaire solide en Haïti, ce qui s’est produit en Floride aurait pu déjà se passer dans le pays. La justice américaine n’aurait même pas eu le temps d’intervenir dans ce dossier », regrette Jean Maxime Rony.

Une autre institution éclaboussée, selon le coordonnateur de la Pohdh, est le sénat, qui avait adopté une résolution contre l’arrestation de Guy Philippe.

« La résolution du sénat démontre clairement que les sénateurs n’étaient pas à la hauteur de la dimension de l’institution du sénat de la république », tranche Jean Maxime Rony.

Il demande aux autorités de faire l’effort de remonter le niveau des institutions du pays.

Les autorités doivent faire un choix clair de se démarquer de toutes les personnes, qui participent à des commerces illicites, exhorte-t-il.

Antonal Mortimé, du Collectif Défenseur Plus, dit regretter que la justice haïtienne et la police n’avaient pas eu le temps d’auditionner Guy Philippe, peu avant son extradition vers la Floride.

Ce qui n’a pas contribué à renforcer le système judiciaire haïtien.

Il croit également que ce dossier met à nu les faiblesses des institutions d’Haïti, qui avaient donné à Guy Philippe un ensemble de documents pour se porter candidat aux dernières sénatoriales, notamment des documents à la Direction générale des impôts (Dgi).

« Au niveau du Collectif défenseur plus, nous pensons que ce dossier suivra son cours, et nous espérons que tous les principes d’équité, dans la justice américaine, seront respectés dans le cas Guy Philippe », affirme Antonal Mortimé. [jep gp apr 26/04/2017 13:00]