La Caraibe en un coup d’oeil

La Havane : La WACC examine les défis de la démocratisation de la communication dans la Caraïbe


mardi 24 septembre 2002

La Havane, 23 sept. 02 [AlterPresse] --- En prélude à la 3ème Assemblée de la branche Caraibe de l’Association Mondiale pour la Communication Chrétienne (WACC-Caribe), un séminaire a débuté ce 23 septembre à la Havane, Cuba. A cette occasion, une vingtaine de journalistes et communicateurs sociaux de 8 pays de la région ont été accueillis par les membres cubains de la WACC, a constaté AlterPresse.

"Démocratisation de la communication dans la Caraibe : Faire face à la Société de l’Information" : tel est le thème retenu pour cette Assemblée. "Nous avons un rôle à jouer pour le progrès des communications dans la société de l’information", a déclaré, à l’ouverture des travaux, la Vice-présidente de WACC-Caribe, la porto-ricaine Candida Gonzalez. Cette dernière dirige l’Assemblée en l’absence du Président, Mgr Patrick Anthony, empêché.

Le lancement du séminaire a eu lieu en présence de communicateurs sociaux et de plusieurs personnalités des milieux étatiques, religieux et universitaires cubains.

Durant les 2 jours du séminaire, les participants abordent plusieurs questions, dont la culture et la technologie, les défis de la communication populaire, les conditions de disponibilité de l’information ainsi que le rôle des femmes dans la société de l’information.

Il est nécessaire de développer au sein des institutions et mouvements sociaux une conception et des stratégies appropriées de communication dans un monde complexe, a fait ressortir le Dr Jose Ramon Vidal, professeur de Sciences de l’Information et Coordonnateur du Programme de Communication Populaire au Centre Martin Luther King de la Havane.

Selon le professeur Vidal, la dimension culturelle de la révolution technologique réside dans le fait qu’elle a transformé la connaissance en facteur déterminant du niveau de vie et fondement du modèle économique dominant. Mais, a-t-il souligné, le mode de production capitaliste n’a pas changé et les inégalités se sont accrues. 4% seulement des ressources des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication se retrouvent en Amérique latine et la Caraibe, a-t-il poursuivi.

A propos des perspectives d’homogénéisation culturelle, favorisée par la dissolution des frontières, le professeur Vidal a déclaré que c’est "un défi" à surmonter. "Nous pouvons être ouverts, sans abandonner notre identité", a-t-il affirmé.

Les Nouvelles Technologies peuvent servir à rompre l’isolement des pays de la Caraibe, les uns par rapport aux autres, a pour sa part déclaré le journaliste haïtien Joseph Georges, Directeur de la Société d’Animation et de Communication Sociale (SAKS).

Dans son exposé, consacré aux obstacles que doivent surmonter les médias alternatifs et populaires dans la Caraibe, Georges a plaidé en faveur d’une plus grande connaissance et d’une meilleure utilisation des ressources en la matière. Il a proposé de répertorier les moyens de communication communautaires de la région, de créer des réseaux, de rompre les barrières linguistiques, de développer une culture caribéenne de l’information et de promouvoir une meilleure connaissance de la Caraibe. "La communication doit être vécue comme partage de vie et non comme partage de marché", a conclu Joseph Georges. [gp apr 23/09/02 21:00]