Perspectives

À la veille de l’événement « PiGraN’2017 », Grahn-Monde prône la vigie citoyenne pour un développement inclusif en Haïti


vendredi 31 mars 2017

P-au-P, 31 mars 2017 [AlterPresse] --- À la veille de l’événement « PiGraN’2017 », prévu les vendredi 7 et samedi 8 avril 2017, le Groupe de réflexion et d’action pour une Haïti nouvelle (Grahn-Monde) prône la vigie citoyenne en vue d’un développement « innovateur » et « inclusif » en Haïti.

« Notre vigie citoyenne » prend principalement en compte les problèmes structurels du pays, liés, entre autres, à l’éducation, l’environnement et l’agriculture ».

C’est ce qu’a précisé la présidente de Grahn-Port-au-Prince, Faidlyne Policard, à l’émission TiChèzBa, prévue pour être diffusée, les samedi 1er et dimanche 2 avril 2017, sur la station en ligne AlterRadio (samedi : 7 :00 am, 3:00 pm ; dimanche : 7 :00 am, 1:00 pm, 5:00 pm).

« Un pays ne peut pas être développé par des petits projets. Un vrai projet de développement doit aboutir à la création de richesses, souligne-t-elle.

Elle plaide en faveur d’un nouveau mode de fonctionnement, avec de nouvelles conceptions de développement, basées sur l’innovation.

« Nous devons redonner vie à la notion de bien commun dans le pays au niveau de l’État et de la population ainsi que reprendre conscience et confiance », souligne, pour sa part, Rachelle Doucet, membre du Grahn-Monde, également invitée à l’émission TiChèzBa. Elle appelle à rompre avec le modèle d’égoïsme et d’individualisme.

Grahn-Monde participe à la promotion des valeurs de solidarité, de participation, de justice sociale et de nouveaux schémas mentaux (progressistes) pour les citoyens d’aujourd’hui et de demain, rappelle-elle.

PiGraN’2017

Dans le cadre de son projet baptisé Pôle d’innovation du grand Nord (Pigran), lancé le 3 juillet 2015 au Cap-Haïtien, Grahn-Monde annonce la tenue de plusieurs événements dont des poses de première pierre d’établissements et une inauguration, les 7 et 8 avril 2017.

Le vendredi 7 avril, le site de la Cité du savoir, situé à Génipailler (Milot), accueillera l’inauguration du Centre de la petite enfance Paul Gérin-Lajoie ainsi que des poses de premières pierres de l’École fondamentale (primaire), de la résidence des professeurs et du Centre de santé communautaire de l’Association des médecins haïtiens à l’étranger (Amhe-Grahn-Monde).

La durée de construction de ce centre sanitaire qui offrira des services de santé de base, s’étend de 8 à 12 mois, indique Policard, qui espère l’inauguration des derniers bâtiments d’ici l’année prochaine.

Sera également dévoilé lors de l’évènement un grand projet immobilier en termes de profondeur et de conception.

« Nous voulons créer le modèle d’une nouvelle ville, une cité intelligente et une utilisation réfléchie des énergies », déclare Policard.

En ce sens, il faut une structuration pour empêcher l’urbanisation anarchique, car l’implantation d’un nouveau projet amène parfois une squatterisation des lieux, fait-elle remarquer.

En termes de financements, la Cité du savoir constitue un projet « très ambitieux » qui pourrait être estimé à 50 millions de dollars américains, fait savoir Doucet.

Une soirée de financement de ce projet, prévu le samedi 8 avril 2017, à Pétionville, sera l’occasion d’acquérir des tableaux de plus d’une vingtaine de peintres haïtiens de renom lors d’une vente aux enchères, ainsi que de contribuer à un projet d’envergure pour Haïti.

Les profits de cette vente seront versés dans leur totalité à la construction de l’école fondamentale de la Cité du savoir.

Au menu de cette vente aux enchères, il y aura la présentation de la Cité par le professeur Samuel Pierre, président de Grahn-Monde, un spectacle culturel avec la participation du jeune chanteur haïtien, Jean Bélony Murat (BelO), Lyska Vante, Nadège Robertson et Gregory Vorbe du groupe N’Didgenous et Habrana Brizard.

À travers sa Cité du Savoir, l’organisation mondiale entend, au niveau du secteur agricole, mettre ensemble des scientifiques et des paysans pour améliorer les pratiques agricoles.

« C’est une façon très pratique d’atterrir nos objectifs, nous voulons un autre modèle de développement, donc il faut une autre façon de faire l’agriculture », soutien Policard.

« L’ambition est de créer le premier modèle dans le Nord, afin de pouvoir étendre les pôles d’innovation dans les autres grandes régions », renchérit, pour sa part, Rachelle Doucet. [emb gp apr 31//03/2017 11 :30]


TiChèzBa, édition du 18 mars 2017 - Invité, Roromme Chantal, politologue, journaliste

Le politologue haitien Roromme Chantal pointe du doigt la « politique du ventre » et exhorte les protagonistes politiques ainsi que les élites à privilégier les intérêts nationaux, dans le contexte de ratification du premier ministre nommé, Jack Guy Lafontant.