Haiti
Espace Femmes

Haïti-Genre : La commission de réforme du droit pénal haïtien plaide en faveur de nouvelles lois sur l’avortement


mardi 21 mars 2017

P-au-P, 20 mars 2017 [AlterPresse] --- La commission de réforme du droit pénal haïtien plaide en faveur de nouvelles lois régissant l’avortement, lors d’une conférence-débats, organisée le vendredi 17 mars 2017, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

« L’avortement devrait être possible dans une certaine condition et limitation », soutient l’avocate Sibylle Theard Mevs, vice-présidente de la commission de réforme du droit pénal haïtien, durant cette conférence déroulée autour du thème : « l’accès à l’information autour de l’avortement ».

Elle rappelle avoir travaillé sur un avant-projet, modifiant le code pénal, avec des propositions sur l’avortement.

Elle exhorte l’État à donner un encadrement aux femmes pour qu’elles puissent réaliser l’avortement dans de meilleures conditions.

33% de mortalité maternelle, en Haïti, sont liés à l’avortement effectué dans des conditions illégales et non sécurisées, indique, pour sa part, le directeur exécutif de l’Association pour la promotion de la famille haïtienne (Profamil), Dr Gianni C. Decastro.

Le taux de mortalité maternelle en Haïti est le plus élevé dans les Caraïbes, avec 630 décès pour 100 mille (100,000) naissances vivantes, regrette-t-il.

Les jeunes filles, avec une initiation précoce à la grossesse, sont victimes de l’avortement qui se réalise dans des conditions illégales, déplore-t-il.

Ces jeunes filles concernées par cette réalité pourraient avoir un comportement qui augmente le risque de mortalité, met-il en garde.

Decastro estime que le degré élevé d’éducation réduit sensiblement l’exposition des jeunes filles à un comportement sexuel « irresponsable ».

Le taux d’initiation à la vie sexuelle est de 21% pour les jeunes filles non scolarisées alors qu’il est de 8% et 9% pour celles qui ont atteint le niveau secondaire, fait-il savoir, tout en appelant à une sensibilisation du public en vue de faciliter un débat social sur l’avortement. [jd emb gp apr 20/03/2017 11 :00]