Développement durable

Environnement : Pour la mise en œuvre d’une politique nationale de lutte contre les changements climatiques en Haïti


mardi 21 mars 2017

P-au-P, 21 mars 2017 [AlterPresse] --- Le Ministère de l’environnement (Mde) souhaite une mise en œuvre « rapide et efficace » de la Politique nationale de lutte contre les changements climatiques (Pncc), dans un document transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

En partenariat avec le bureau de l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (Fed) et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), le Mde a procédé à la validation du document de politique nationale de lutte contre les changements climatiques, lors d’un atelier réalisé le vendredi 10 mars 2017, à Pétionville (à l’est de la capitale, Port-au-Prince).

Il faudrait que « ce plan d’action ainsi que les programmes et projets y relatifs se développent, dans les mois qui suivent l’endossement, au plus haut niveau de l’État, afin de faciliter une mise en œuvre rapide et efficace », selon les voeux formés dans ce document.

L’amélioration du cadre de coopération interministérielle, le renforcement des capacités, institutionnelle et humaine, du pays, une agressivité dans la mobilisation de ressources financières, dédiées à la lutte contre les changements climatiques, sont, entre autres, les principales mesures, qui devraient rendre effective cette politique.

Le Mde entend plaider pour une communication plus structurée sur les changements climatiques et un plaidoyer continu, auprès des principaux décideurs, y compris le parlement

La Politique nationale de lutte contre les changements climatiques (Pncc) devrait contribuer, principalement, à l’amélioration du bien-être des Haïtiennes et Haïtiens « par un processus de développement socio-économique inclusif, climato-intelligent et faiblement carboné ».

Elle devrait, ainsi, répondre aux défis et possibilités d’adaptation et d’atténuation, que les changements climatiques représentent pour le développement en Haïti.

Cette politique devrait contribuer, également, à une meilleure coordination des actions de lutte contre les changements climatiques et alimenter le cadre de coopération et de collaboration, entre le gouvernement et les partenaires de développement.

Elle viserait principalement à mettre Haïti sur la voie d’une croissance verte, par l’existence de secteurs socio-économiques clés, moins sensibles aux changements climatiques, dotés d’une grande capacité de réponses aux conditions climatiques défavorables, y compris les événements météorologiques extrêmes.

La Pncc cible les secteurs tournés vers « l’adoption de technologies sobres en carbone, qui ne compromettent nullement leur compétitivité, mais qui favorisent plutôt la création de richesses, de nouveaux emplois et métiers, d’ici 2030 ».

Les stratégies, plans, programmes et projets, qui sont inscrits dans la mise en œuvre de la Pncc d’Haïti, ambitionnent de prendre en compte la décentralisation, la participation et la concertation, la transversalité et l’approche holistique, la transparence et l’imputabilité, l’équité et la responsabilité commune différenciée et la précaution.

« L’absence d’une politique nationale, pour lutter contre les changements climatiques, constitue une lacune de taille à combler, particulièrement à un moment où une approche programmatique, basée sur une vision claire, constitue l’un des principaux critères des fonds pour le climat », lit-on dans le document.

Il est prévu une révision périodique de cette politique, en vue de capitaliser les expériences acquises, au niveau national, dans la lutte contre les changements climatiques,

« Suite à cette disposition de l’Accord de Paris et par souci d’efficacité, les évaluations de la mise en œuvre de la Pncc devraient être idéalement effectuées, une année avant les bilans mondiaux susmentionnés, soit en 2022 pour la première et tous les quatre ans pour les évaluations subséquentes ».

Ce qui devrait permettre à Haïti de, simultanément, répondre aux obligations de la Pncc et satisfaire à celles prises par le pays, dans le cadre de l’Accord de Paris.

Le parlement haïtien, réuni en assemblée nationale, a ratifié, le mercredi 1er février 2017, l’Accord de Paris sur le climat, adopté en décembre 2015, lors de la 21e Conférence des parties à la Convention des Nations unies sur les changements climatiques (Cop 21).

Cet accord est entré en vigueur le 4 novembre 2016, après que 55 États - représentant 55% des émissions totales de gaz à effet de serre (Ges) - ont déposé leurs instruments de ratification auprès des Nations unies. [bd emb rc apr 21/03/2017 0:40]