Dépêches

91% des détenus, privés « illégalement » de liberté à la prison centrale en Haïti, déplore l’expert indépendant de l’Onu Gustavo Gallón


lundi 13 mars 2017

P-au-P, 13 mars 2017 [AlterPresse] --- « 91% des personnes détenues au pénitencier national (principale prison de la capitale), en attente de leurs procès, sont privées de liberté illégalement ou arbitrairement », indique l’expert indépendant en droits humains de l’Organisation des Nations Unies (Onu), le colombien Gustavo Gallón.

La situation s’est aggravée dramatiquement au pénitencier national, déplore Gallón, lors d’une conférence de presse, tenue le jeudi 9 mars 2017, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Plus de 70% des personnes privées de liberté en Haïti demeurent en détention provisoire prolongée, rapporte-t-il.

« La durée moyenne de détention provisoire est passée de 624 jours à 1,100 jours pour trois ans », affirme l’expert indépendant, citant une étude réalisée par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), en décembre 2016.

« Si la situation des personnes en détention provisoire prolongée était résolue, il n’y aurait pas de surpopulation dans les prisons haïtiennes », estime-t-il.

Sur les 7,300 m2 de surface de détention totale dans les 19 prisons de l’administration pénitentiaire, il ne devrait pas y avoir plus de 3,000 détenus alors qu’il y avait, en décembre 2016, 10, 538 prisonnières et prisonniers.

La capacité des prisons d’Haïti ne permet l’hébergement que de 1, 600 détenus au lieu de 10, 500, poursuit Gallón.

Il a tenu également à souligner que le taux de surpopulation dans les prisons a atteint 644%.

Ce degré de surpopulation est, selon lui, à la base des décès répétés des détenus dans les prisons.

229 prisonniers (soit un taux de mortalité annuelle de 21 détenus sur 1,000) pourraient être morts en prison, selon les prévisions pour 2017.

Il appelle les juges, les fonctionnaires de justice ainsi que la population à visiter les prisons en vue de constater de près les conditions inhumaines et dégradantes auxquelles font face les personnes privées de liberté.

42 détenus sont décédés depuis le début de l’année 2017, a indiqué un communiqué de la Minustah, en date du lundi 20 janvier 2017.

Les funérailles de 23 prisonniers, décédés au pénitencier national, ont été chantées à Port-au-Prince, le mardi 14 février 2017, à l’initiative du commissaire du gouvernement (démissionnaire), près le tribunal civil de Port-au-Prince, Jean Danton Léger.

En visite en Haïti, depuis le dimanche 28 février 2017, Gallón entendait observer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de ses recommandations en ce qui concerne les élections, les conditions de détention, la détention préventive prolongée, l’alphabétisation, l’impunité pour les violations des droits humains commises dans le passe et la situation des victimes des catastrophes naturelles. [jd emb gp apr 13/03/2017 10:25]