Espace Femmes

Haïti-Genre : Le philosophe Yves Dorestal appelle les femmes à être vigilantes, face à la seconde version du pouvoir « Tèt kale »


vendredi 27 janvier 2017

P-au-P, 27 janv. 2017 [AlterPresse] --- Le philosophe haïtien Yves Dorestal, professeur à l’Université d’État d’Haïti (Ueh), exhorte les femmes à la vigilance vis-à-vis du prochain pouvoir du président élu, Jovenel Moïse, du Parti haïtien tèt kale (Phtk).

Spécialiste de l’histoire du féminisme, Dorestal encourage les femmes haïtiennes à s’organiser en vue de lutter pour le respect des droits démocratiques conquis depuis 1986, contre les éventuelles dérives du prochain pouvoir de Moise dont l’investiture est fixée au 7 février.

Dans un entretien accordé à AlterPresse, il appelle les féministes haïtiennes à prendre la récente marche des femmes (aux États-Unis et à travers le monde, contre le nouveau président américain Donald Trump) comme exemple, en étant vigilantes afin d’empêcher tout projet qui vise à faire reculer le mouvement féministe.

En campagne avec les candidats du Phtk aux élections législatives et locales dans la ville des Cayes (Sud), le dimanche 22 janvier 2017, Moïse a fait des déclarations aux jugés autoritaires (affirmant fermement que le carnaval national doit se réaliser aux Cayes / Sud).

« Le président a parlé, point barre », a martelé le nouvel élu.

Le nouveau président élu est considéré comme le poulain de l’ancien chef d’État Michel Martelly (Mai 2011 à Février 2016), également autoritaire et qui n’a eu cesse de tenir des propos grivois à l’encontre des femmes haïtiennes.

Martelly a verbalement agressé une femme lors d’un meeting électoral à Miragôane, le mardi 28 juillet 2015.

Une marche a même eu lieu, le 4 août 2015, sous l’initiative de militantes d’organisations de femmes, pour exiger des excuses publiques de la part de Martelly qui ne s’en est jamais soucié.

La journaliste et directrice de programmation de la Radio Télé Kiskeya, Liliane Pierre-Paul, a été aussi agressée à plusieurs reprises par Sweet Micky (son nom d’artiste), notamment dans une méringue carnavalesque sortie en 2016.

Plusieurs institutions, dont l’Association nationale des médias haïtiens (Anmh), avaient dénoncé cette méringue carnavalesque qui ciblait la journaliste.

Martelly, qui ne démord pas, a annoncé, en janvier 2016, dans une émission, qu’il s’attaquera, de nouveau, à la journaliste dans une autre méringue. [bd emb gp apr 27/01/2017 13 :55]