Espace Femmes

Haïti-Genre : Le Ministère à la condition féminine révise le plan national de lutte contre les violences faites aux femmes


mercredi 25 janvier 2017

P-au-P, 25 janv. 2017 [AlterPresse] --- En partenariat avec l’organisation Onu Femmes, le Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf) a procédé, le mardi 24 janvier 2017, à la présentation du plan national révisé de lutte contre les violences faites aux femmes 2017-2027.

Ce plan qui couvre une période de 10 ans comprend plusieurs stratégies comme la systématisation de l’information, le renforcement des capacités de la concertation, la consolidation et développement des partenariats, entre autres.

Les violences faites aux femmes représentent aujourd’hui l’une des formes d’inégalité les plus oppressives dans le monde et une violation des droits fondamentaux de l’être humain, souligne la titulaire du Mcfdf, Marie Denise Claude, dans ses propos de circonstances.

Prenant également de multiples visages, ces actes violents empêchent les femmes et les filles de participer à la vie sociale, économique et politique de leurs communautés, déplore-t-elle.

La lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles s’inscrit également dans un combat pour la conquête de leurs droits et pour l’égalité entre les genres. « Cette lutte requiert une attention urgente, une action globale multi-sectorielle et pluridisciplinaire », poursuit-elle.

« Dans son rôle régulateur, le ministère a estimé nécessaire d’évaluer et de réviser le travail déjà effectué pour mieux continuer à planifier, s’organiser et corriger pour avancer, car la lutte est perpétuelle et continue, c’est un travail de longue haleine, nous sommes là aujourd’hui pour répondre à la question : où sommes-nous ? ».

La violence à l’égard des femmes et des filles constitue une réalité sociale et politique. C’est un système qu’il faut attaquer de front, encourage-t-elle.

Cet atelier confirme que notre refus des violences sexistes n’est pas une posture mais s’inscrit dans un projet réel, une politique publique à part entière autour de laquelle nous devons nous mobiliser : hommes et femmes, affirme-t-elle.

Pour sa part, la directrice régionale d’Onu Femmes, Luiza Carvalhos indique que la discrimination et les inégalités constituent les différentes formes de violences que subissent les femmes et les filles.

La lutte contre la violence basée sur le genre reste, en Amérique latine et dans les Caraïbes, un défi auquel nous devons faire face et l’Onu Femmes prévoit dans ses stratégies d’accompagner le gouvernement haïtien et la société civile dans leurs efforts vers l’élimination de toutes les formes de discriminations et de violences à l’égard des femmes et des filles haïtiennes, fait-elle savoir. [bd emb gp apr 25/01/2017 11 :00]