Développement durable

Haïti-Santé : Le centre hospitalier Médecins sans frontières, dépassé par une affluence de patientes et patients


mardi 3 janvier 2017

P-au-P, 03 janv. 2017 [AlterPresse] --- La grève, entamée, depuis le début du mois de décembre 2016, dans 19 centres hospitaliers publics en Haïti, favoriserait une affluence de patientes et patients vers le centre hospitalier Médecins sans frontières (Msf), situé à Tabarre (nord-est de la capitale), apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Le nombre de patientes et patients, qui arrivent aux urgences de ce centre de Msf, inquiète les équipes médicales, indique une note de l’institution, en date du 29 décembre 2016, transmise à AlterPresse.

Le centre de traumatologie et de chirurgie d’urgence de Msf souligne être dépassé par un afflux, ces derniers jours, de patientes et patients.

« Depuis mi-décembre (2016), ses 121 lits d’hospitalisation sont continuellement remplis. Cette situation affecte la capacité d’hospitalisation des malades, quoique très graves. Aussi, à cause de la grève en cours, notre centre se voit-il incapable de référer des cas moins sévères pour désengorger ses services », rapporte la direction médicale de Msf.

Malgré les quatre salles d’opération et leur fonctionnement 24h/24, le centre n’arrive pas à admettre toutes les patientes et tous les patients, ayant une urgence traumatologique ou viscérale, fait-elle savoir.

« À Tabarre, Msf prend en charge les accidentés de la voie publique, les blessés par balles et armes blanches, les victimes d’accidents domestiques et (celles) ceux nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence. La capacité du centre étant limitée, l’équipe médicale est obligée de procéder au tri des (patientes) patients afin d’arriver à prendre en charge les personnes les plus sévèrement affectées ».

Lors de la dernière grève, enregistrée dans le système de santé publique, en mars 2016, en Haïti, le centre de Msf à Tabarre a été obligé de réduire ses critères d’admission, poursuit-elle.

Le centre de Msf à Tabarre se trouve dans l’obligation, encore une fois, de réduire ses critères, pour pouvoir maintenir ses standards de soins, minimiser les risques d’infection en milieu hospitalier et traiter ses patientes et patients dans la dignité, signale-t-elle.

« En réponse à cette demande croissante, le centre (de Msfà Tabarre) est sur le point d’augmenter sa capacité d’hospitalisation de 9 lits. Cependant, il ne pourra pas continuer à ajuster cette capacité indéfiniment. C’est pour cela qu’il espère attirer l’attention sur ses limites, en informant la population haïtienne ».

Depuis le mois de décembre 2016, le centre de Msf à Tabarre reçoit en moyenne 50 nouvelles patientes / nouveaux patients par jour. Plus de 90% de ces cas sont des victimes de traumatisme.

Parallèlement, l’hôpital reçoit en ambulatoire, pour des pansements et des consultations, environ 150 patientes et patients quotidiennement.

Depuis le 5 décembre 2016, 19 centres hospitaliers publics en Haïti font face à une nouvelle grève, suite à un mot d’ordre d’avertissement, lancé par la Fédération nationale des travailleurs de la santé (Fenatras), qui réclame une augmentation de traitements.

Après l’arrêt de travail de mars 2016 à juillet 2016, une nouvelle grève a été reprise le lundi 5 décembre 2016 par des médecins résidents ainsi que le personnel de soutien dans plusieurs hôpitaux publics. [bd emb rc apr 03/01/2017 15:10]