Dépêches

Le rapporteur spécial de l’ONU Kishore Singh plaide en faveur de la non-marchandisation de l’éducation en Haïti


samedi 30 juillet 2016

P-au-P, 29 juil. 2016 [AlterPresse] --- Le rapporteur spécial des Nations Unies pour le Droit à l´Education (Dhe), Kishore Singh, demande aux autorités haïtiennes de réglementer le secteur privé pour que l’éducation ne devienne pas une marchandise, observe AlterPresse.

Kishore Singh a fait cette déclaration dans le cadre d’une visite en Haiti du 28 au 31 juillet à l’invitation de l´Office de protection du citoyen (Opc), du Regroupement éducation pour toutes et pour tous (Rept) et en alliance avec la Campagne Latino-Américaine pour le droit à l´éducation (Clade).

Pour Kishore Singh, il faudrait éliminer les frais scolaires. Cela permettrait, selon lui, de garantir une éducation de qualité à tous les citoyens et citoyennes, tel que le prévoit la constitution haïtienne.

Le rapporteur spécial souhaite que le débat se poursuive pour défendre la cause de l’éducation.

Sans citer la loi sur les frais scolaires qui demeure dans les tiroirs du palais national plusieurs années après avoir été votée au parlement, la protectrice du citoyen, Florence Elie, indique que plusieurs documents législatifs sont déjà prêts, mais ils ne sont pas encore mis en application.

En Haïti, le système éducatif est dominé par le secteur privé, soit 90%. En outre, une série de lois, mesures, programmes et politiques mises en branle continue de renforcer le système privé et d´affaiblir le système éducatif public.

William Thélusmond, du Rept, signale qu’il est inacceptable que l’on continue de violer le droit à l’éducation de tout un peuple.

Il relève que seulement 6% des écoles préscolaires et 14% des écoles fondamentales sont publiques, tandis que le pays fait face à de sérieux problèmes économiques.

Pour Thélusmond, il faut forcer l’Etat haïtien à développer un très bon système d’éducation publique gratuit pour toute la population afin que tous les enfants puissent bénéficier d’une éducation de qualité.

Selon la constitution haïtienne, c’est l’Etat et les collectivités territoriales qui sont responsables de l’éducation des enfants.

Kishore Singh a rencontré diverses personnalités, notamment le président de la commission éducation au Senat, le sénateur Dieupy Cherubin, et le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), Jean Beauvoir Dorsonne. [jep gp apr 30/07/2016 00:50]