Haiti
AlterForo

Haïti-Insécurité : A qui crier ?

Exécutions sommaires, assassinats, suicides, homicides volontaires : Personne n’est à l’abri…
samedi 9 juillet 2016

Par Ghemps Désauguste*

Soumis à AlterPresse le 6 juillet 2016

Aujourd’hui, quand nous regardons les assassinats, les homicides perpétrés à l’encontre des pères et mères de familles, des jeunes professionnels… tombés pour n’avoir rêvé que de vivre et de rester au service de leur pays...

Fanm ak gason sa yo ap tonbe, mouri tankou grenn lapli, anba zak sasinay, paske anpil nan yo chwazi kite kè yo, yo chwazi kite nanm yo ak kòd lonbrit yo rete kole nan zantray peyi yo, ki se Ayiti.

Jounen jodia, anpil sitwayen ap poze tèt yo kesyon sou zak sasinay sa yo : y ap mande èske se yon lòt peryòd dèy, yon lot peryòd lapèrèz, k ap retounen taye banda an Ayiti ankò ? Pou jan fim kriyèl sa yo ap devlope jounen jodia, anpil sitwayen ap mande, Kiyès ki senaris la ? kiyès ki dèyè plan sa yo ?

Sanble yo ta vle touye tout ti rès resous moun ak kolòn vètebral ki te rete nan peyi a.

Kidonk, se yon plan degoutans ki marande ak fyèl pou kouri dèyè ti rès sa ki vle rete yo, ti rès ki anvi rete yo, ti rès ki vle kwè nan yon demen miyò yo. Kidonk, yon plan fètefouni, pou fini ak ti rès sa yo ki poko fin demoun yo.

Sa a, se yon plan pou di tout sa ki ka jete yo, jete yo si yo pa vle non yo ak kadav yo al lonje lis sa a ki deja twò long.

Men, se kiyès ki ap alimante plan sa a ?

Pou kiyès malveyan san fwa ni lwa sa yo ap travay ?

Kiyès k ap benefisye tout krim ak tout tranchman vant manman sa yo, pitit yo ap benyen nan san yo chak jou, nan tout bout kwen nan peyi a ?

L’on pourrait se demander s’il s’agit d’un plan pour soustraire, à la vie, les dignes révoltés et engagés du changement social inclusif haïtien.

Dans cette nouvelle vague, dite démocratique, les ennemis du peuple se cachent, derrière l’insécurité et l’ingouvernabilité, pour abattre les nobles esprits, en vue de semer le deuil dans le corps social et créer la méfiance partout.

Car, avec ce procédé de création et de renforcement de la méfiance, l’on saura qu’on est chacun son propre ennemi, donc on se gardera de s’engager pour confronter leur méthode de deshumanisation de l’être haïtien, complice de son propre malheur.

Comprenez qu’aucun d’entre nous n’est à l’abri…

Du temps des moments les plus sombres, qualifiés de dictature, de putchiste ou des « de facto », on pouvait se faire une idée des modes opératoires du pouvoir, qui connaissait les opposants et des opposant eux-mêmes.

Ainsi, chacun pouvait-il donc envisager certaines mesures de protection et de sécurité personnelle ou de groupe.

Aujourd’hui, on a peine à identifier les ennemis des ravisseurs, voire de ceux-là chargés de nous proteger.

Alors, qui sont-ils ? Pourquoi, en moins de six mois, la fréquence de leurs forfaits est-elle si récurrente ? Sont-ils des opposants ou des sbires en service ?

Sinon, ce modèle opératoire, serait-il celui que promeut la démocratie dite naissante ou une forme criminogène importée et déviante à la democratie indigène : assassinats, exécutions sommaires, homicides volontaires, suicides, chômages, désespoir juvenile, désaffiliation sociale et deshumanisation de l’être ?

Enfin, une démocratie de protéger sa k sèvi.

Une démocratie sclérosante, contraire à la démocratie de « l’union fait la force » : une démocratie d’entraide et de solidarité, une démocratie de l’unité dans les differences, une démocratie respectueuese et protectrice de la vie et des biens, une démocratie du service public, une démocratie qui donne de l’espoir et favorise les opportunités, une démocratie indigène valorisante de la personne et de ses capacités. Non pas une démocratie réactionniste, mais révolutionaire des Droits et de la justice pour toutes et pour tous.

Pour y revenir, nous demandons-nous si nous allons continuer à nous laisser abattre comme des bêtes de somme par notre silence complice ?

Où est passé ce peuple brave, altier et solidaire que nous fumes ?

Sommes-nous devenus tellement vulnérables et désemparés, socialement et institutionnellement, que nous ne pouvons pas nous organiser pour les contraindre à agir differemment ?

Pour vous, qui avez l’habitude de suivre mes publications sur les réseaux sociaux, rappelez-vous que cette prédiction a été faite.

Toutefois, certains se demandent à qui profitent ces crimes odieux et barbaresques ?

À qui profitent ces déclarations, inconvenantes et sans pilotis, de ceux ayant la charge et le destin de la mère-patrie ?

Tandis que d’autres se demandent si nous ne sommes pas en guerre ou s’agit-il d’une nouvelle opération en train de naitre, comme le fut jadis ?

Une grande interrogation en tout cas…

Toutefois, les victimes dénombrées sont dans les camps de paisibles citoyennes et citoyens vaquant à leur quotidien pour trouver les taxes et les impôts servant les frais et les fonctionnements du marquis.

Men, se ki sa n ap fè poun sispann kriye ?

Ki sa n ap fè pou yonn sispann pè lot ?

Ki sa n ap fè pou intèlijans sispann antere sou silans enpinite ?

N ap rete tann pou Fantochis yo vin pote nou sekou ? Depi ki lè pwoblèm chen te pwoblèm pis ? E poukisa pou Fantochis yo ta pote nou sekou la a menm ?

Petèt nou ka di, men se travay yo, paske nou peye enpo…[foutaise !], Sa-a se pawòl pou fè ti bebe dòmi, se koze nou tande nan jounal lòt kote.

Après cette baliverne constante de "l’enquête se poursuit", konbyen suivi, ki abouti, nou janm wè Fantochis yo fè ? Sinon les mêmes mascarades hitlériennes, qui consistent à prendre d’assauts les médias et intoxiquer la cité, pandan kriminèl yo ap fonksyone libelibè.

Bon !!!…Fantochis yo , fè yo tounen kriminèl pou yo jwenn eskiz ki ka jistifye enkapasite yo pou sèvi pèp la san fè demagoji .

*Juriste-Educateur

 

 

Débat autour de cet article