Perspectives

Haïti : La politique générale du premier ministre, Enex Jean-Charles, ratifiée au sénat et à la chambre basse


vendredi 25 mars 2016

P-au-P, 25 mars 2016 [AlterPresse] --- La politique générale du premier ministre nommé, Enex J. Jean-Charles (né à Chansolme / Nord-Ouest le 18 juillet 1960, marié et père de trois enfants), a été ratifiée au sénat et à la chambre basse, dans la soirée du jeudi 24 au vendredi 25 mars 2016 (la veille du vendredi saint), 4 jours après le vote de censure (pour des raisons politiques) à l’économiste Fritz-Alphonse Jean par la chambre des députés, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Le premier ministre a obtenu, le jeudi 24 mars 2016, un vote de confiance pour l’énoncé de sa politique générale au sénat, après le report d’une séance à la chambre basse.

Après des heures de débats, 20 sénateurs ont voté pour sa déclaration de politique générale.

Il n’y a eu aucune abstention, ce jeudi 24 mars 2016, au sénat de la république.

Absent lors de la séance, le sénateur Edwin Zenny a mandaté un autre sénateur pour voter à sa place. Deux autres sénateurs, à savoir Andris Riché (département de la Grande Anse, une partie du Sud-Ouest), Steven Irvenson Benoit (Ouest), ont également été absents.

Lors d’une suspension de séance, le sénateur Youri Latortue de l’Artibonite a invité une délégation à aller chercher la liste actualisée des personnalités, devant faire partie du gouvernement.

Les sénateurs auraient exigé une actualisation de la liste du cabinet ministériel, dans le cadre d’un accord trouvé avec la présidence, en vue d’un vote favorable à la politique générale d’Enex Jean-Charles.

D’autres noms de personnalités, dont Me. Aviol Fleurant (ancien candidat à la présidence aux élections controversées de 2015), ont été ajoutés dans cette liste après cette entente.

Après avoir obtenu la ratification de son énoncé de politique générale, au sénat, Jean-Charles a annoncé solennellement qu’il s’évertuera à se mettre à disposition des sénateurs.

Il a également promis aux sénateurs de garder une porte ouverte pour faciliter une bonne relation avec eux.

Le sénateur Youri Latortue a appelé le premier ministre à travailler pour la poursuite du processus électoral controversé de 2015.

Le plus important, c’est de réussir les élections à la date fixée, soit le 24 avril 2016, poursuit-il.

Des manifestations populaires avaient contraint l’institution électorale à reporter le second tour des élections législatives et la présidentielle, prévues le 22 janvier 2016.

Lors de la séance, de ce jeudi 24 mars 2016, d’autres points ont été soulevés par le sénateur Jean Renel Sénatus à l’attention du premier ministre, comme les problèmes de la prostitution, de la décapitalisation de la famille et de la criminalité qui fait rage dans le pays.

Ratification de l’énoncé de la politique générale du premier ministre à la chambre basse, après tergiversations.

Peu de temps après le vote de ratification au sénat, la chambre basse a procédé, à son tour, à ce même exercice.

Dans la nuit du 24 au 25 mars 2016, Enex Jean-Charles a obtenu, pour sa politique générale, 78 votes pour, un contre et deux abstentions à la chambre des députés.

Le premier ministre promet de faire preuve de transparence dans sa gestion, comme il l’a annoncé dans sa déclaration de politique générale.

Se disant conscient de la lourdeur de la tâche, qui l’attend dans le pays, il affirme prêt à donner le meilleur de lui-même pour que la population puisse bénéficier du consensus trouvé entre les protagonistes politiques.

Enex Jean-Charles entend inscrire la politique de son gouvernement autour des principes démocratiques et républicains, comme la rigueur, la transparence, la bonne gouvernance, la stabilité, le renforcement des institutions, le sens du travail et de l’effort citoyen.

Formaliser, par arrêté présidentiel, en conseil des ministres, le Conseil électoral provisoire (Cep), immédiatement après l’installation des membres de son gouvernement, constitue l’une des premières actions à mettre en œuvre, annonce-t-il.

Conformément aux dispositions de l’accord du 6 février 2016, qui viserait à trouver une issue à la crise politique, le Cep aura pour tâche principale de relancer le processus électoral après évaluation des étapes déjà franchies, indique Jean-Charles.

Le Cep doit mettre en application les recommandations techniques de la commission indépendante d’évaluation électorale, finaliser et proclamer les résultats des élections municipales, poursuit-il.

Jean-Charles en a profité pour dresser un tableau sombre du pays, en mettant en avant des défis majeurs à relever, en rapport à la sécurité publique, l’insécurité alimentaire et la décote accélérée de la gourde (US $ 1.00 = 65.00 gourdes ; 1 euro = 75.00 gourdes aujourd’hui) qui entraîne une baisse du pouvoir d’achat de la population, depuis plusieurs mois, en Haïti.

Ce vote de confiance, donné au plan de gestion gouvernementale, envisagé par Enex Jean-Charles, fait suite à une séance de ratification ajournée à la chambre des députés dans l’après-midi du 24 mars 2016, faute de quorum.

Seulement 52 députés avaient, alors, répondu à l’appel nominal. Un premier appel avait accusé la présence de 49 élus dans la salle de séance. [jep emb apr 25/03/2016 10:30]