Développement durable

Près de 50% d’enfants, malades à cause de la mauvaise qualité de l’eau en Haïti, selon l’Unicef

La Dinepa appelle à une meilleure conservation des sources et des rivières
lundi 21 mars 2016

« Plusieurs des sources (en Haïti) sont polluées et asséchées. Nous devons prendre des mesures pour contrôler ce dysfonctionnement », souligne la Dinepa.

P-au-P, 21 mars 2016 [AlterPresse] --- Près de 50% d’enfants sont atteints de maladies hydriques, à cause à la mauvaise qualité de l’eau, indique le représentant intérimaire de la branche, en Haïti, du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), Jean Métanier, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le 22 mars.

Il est nécessaire de s’assurer de la protection de l’eau ainsi que d’une meilleure distribution en Haïti, plaide Métanier, tout en encourageant la population haïtienne à préserver les infrastructures, les adductions d’eau et les approvisionnements installés dans le pays.

Le représentant de l’Unicef en Haïti souligne l’importance d’investir dans l’approvisionnement en eau et de favoriser de meilleures conditions sanitaires en faveur de la population.

L’Unicef-Haïti fournit une assistance économique, estimée à hauteur de 10 à 15 millions de dollars américains par année (US $ 1.00 = 65.00 gourdes ; 1 euro = 75.00 gourdes aujourd’hui), dans la lutte contre le choléra et l’appui à l’accès à l’eau.

Haïti est très vulnérable par rapport aux changements climatiques, déplore le directeur de la Direction nationale de l’eau potable et d’assainissement (Dinepa), Benito Dumay.

La Dinepa appelle à une meilleure conservation des sources et des rivières, dans une perspective de mieux alimenter la population en eau.

« Plusieurs de ces sources sont polluées et asséchées. Nous devons prendre des mesures pour contrôler ce dysfonctionnement ».

La capitale Port-au-Prince a besoin de 300 mille mètres cubes d’eau. Mais, elle dispose seulement de 100 mille mètres cubes pour approvisionner sa population en eau chaque jour, fait savoir la Dinepa.

Pour résoudre ce problème, un contrat a été signé, récemment, en vue d’augmenter la production de l’eau, notamment à Mariani (périphérie sud de la capitale) et dans la Plaine du Cul-de-Sac (au nord de Port-au-Prince), annonce la Dinepa. [bd emb rc apr 21/03/2016 16:20]