Documents

Haïti-Genre : Rejeter toutes relations de pouvoir, visant à subordonner la femme


mercredi 16 mars 2016

Page retrouvée

Document soumis à AlterPresse le 10 mars 2016

Par Religions pour la Paix, Haïti (Rpph) Et Mission sociale des églises haïtiennes (Misseh)

Déclaration

Nous, leaders religieux, membres de la Plateforme interreligieuse Religions pour la Paix Haïti (Rpph) et de la Mission sociale des églises (Misseh) reconnaissons et déclarons que Dieu a créé l’être humain, pour qu’existent des relations humaines basées sur le respect mutuel, la Justice, l’équité et la dignité.

Nous reconnaissons et déclarons que la différence entre les sexes correspond à la volonté souveraine de Dieu, qui, seul, en décide et qu’aucun être humain n’a le droit d’établir et de maintenir des relations de pouvoir élevant un sexe sur l’autre.

Nous reconnaissons et déclarons qu’il est nécessaire de réévaluer tout paradigme qui semble cautionner ou même encourager l’acte ignoble d’élever ou de subordonner la personne humaine à partir de son sexe.

Ainsi, dans le but d’encourager l’émergence d’une société qui valorise les uns et les autres en Haïti, demandons-nous à tous les citoyens de travailler à l’éradication des stéréotypes sexistes, qui traversent les expressions artistiques et littéraires de tout genre.

Nous demandons aux agences commerciales de mieux contribuer à mettre en valeur les dimensions spirituelles, intellectuelles et morales de tous et des femmes en particulier, considérant l’exploitation faite de leur corps.

Nous demandons aux dirigeants des administrations publiques et privées de développer, de respecter et de faire respecter des codes de conduite, susceptibles d’assurer la protection de tous et surtout des femmes contre toute forme de harcèlement qui affecte leur dignité et ignore leurs valeurs intrinsèques.

Nous demandons à tous les citoyens de contribuer à assurer une grande vigilance autour des valeurs qui garantissent une éthique humaine contre les prédateurs sexuels.

Nous demandons enfin à tous les leaders du pays d’évaluer leurs discours, comportements et attitude en fonction de la Règle d’or : « Ne fais jamais a autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fit ».

Port-au-Prince, Haïti, le 8 mars 2015

Euvonie Georges Auguste, secteur protestant

Abou Jhaman, secteur musulman

Mgr. Pierre André Dumas, secteur catholique (romain)

Frantz Casséus, secteur anglican

Pasteur Bertho Eugène et Pasteur Clément Joseph, secteur protestant