A travers Haiti

Haïti-Énergie : Des centaines de manifestants réclament de l’électricité à Hinche


mercredi 9 mars 2016

Correspondance Ronel Odatte

Hinche, 08 mars 2016 [AlterPresse] --- Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans les rues de Hinche (chef-lieu du département du Plateau central) pour exiger des autorités du courant électrique, observe AlterPresse.

Démarrée devant les locaux du Bureau de la délégation départementale du centre, aux environs de 10 heures am (15:00 gmt), la manifestation a sillonné plusieurs rues de la ville, en scandant des propos hostiles aux responsables de la compagnie publique Électricité d’Haïti (Edh).

« Nous refusons de payer le black-out, nous n’acceptons pas de dormir dans le noir. Le black-out est synonyme d’insécurité, nous n’allons plus accepter de recevoir des bordereaux », scandaient les manifestants qui ont terminé leur marche devant les locaux de l’Edh de Hinche, où un message a été délivré.

Les activités ont été paralysées à l’Edh, dont les bureaux ont aussi essuyé des jets de pierres, provoquant des casses.

Les protestataires ont dressé des pneus usagés enflammés, à quelques centimètres de la porte principale de l’institution, obligeant, du coup, les membres du personnel à évacuer les lieux.

Un employé de l’Edh s’en est pris aux forces de l’ordre, qui n’ont pas escorté les manifestantes et manifestants dans les rues, alors que ces derniers projetaient d’attaquer les locaux de la compagnie.

L’ Edh n’est pas en mesure de fournir de l’électricité 24 heures par jour, à cause de la diminution des activités pluvieuses, indique une autre source.

Le débit du lac de Péligre est considérablement réduit. Les turbines ne peuvent pas fonctionner normalement, si l’eau ne coule pas en abondance, explique-t-elle.

Une partie de la ville reçoit entre 10 à 12 heures d’électricité au cours de la semaine.

Souvent, l’énergie distribuée n’est même pas capable de faire fonctionner les réfrigérateurs et les téléviseurs.

Le déficit d’électricité, qui sévit à Hinche, depuis plusieurs mois, encouragerait les actes d’insécurité dans la zone, où des boutiques et maisons sont souvent cambriolées, selon des riverains. [ro emb apr 08/03/2016 14:50]