Dépêches

Haïti-Elections : Pas pressé pour la mise en place du Cep ?


mercredi 24 février 2016

P-au-P, 23 févr. 2016 [AlterPresse] --- A l’exception du secteur syndical et de celui de la presse, la plupart des secteurs devant participer au nouveau Conseil électoral provisoire (Cep) n’ont, jusqu’à présent, pas divulgué les noms de leurs éventuels représentants au sein de cette institution, apprend AlterPresse.

À moins de quelques heures de l’échéance de 72 heures accordée par le président provisoire, Jocelerme Privert, aux différents secteurs de la société civile en vue de la désignation de leurs représentants au Cep, les démarches pour la mise en place du Cep tardent.

Jointe au téléphone par AlterPresse, l’Association nationale des médias haïtiens (Anmh) révèle que le secteur sera représenté par Leopold Berlanger, directeur général de la station privée Vision 2000.

Berlanger a, par le passé, occupé le poste de conseiller au sein du Cep.

Le secteur syndical a fait choix de Joseph Dorcely et Jean Philipe Marcelin, d’après Georges Wilbert Franck de l’Union nationale des normaliens et éducateurs d’Haïti (Unnoeh), annonçant qu’une lettre sera acheminée à la présidence.

Le coordonnateur de la Plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (Pohdh), Jean Maxime Rony, dit vouloir continuer les discussions avec les autres organisations du secteur, en vue de la désignation de son représentant au Cep.

Le secteur privé des affaires a indiqué avoir déjà ouvert un appel à candidatures, en vue de retenir le nom de son représentant, le mercredi 24 février 2016.

Les noms des représentants de plusieurs autres secteurs sont attendus, notamment de la Fédération protestante d’Haïti (Fph), la Conférence épiscopale (catholique romaine) d’Haïti (Ceh), du Conseil d’administration de l’Université d’État d’Haïti (Cueh) et du secteur vodouisant/paysan.

Le président provisoire a entamé des consultations auprès de représentants de partis politiques et de la société civile, en vue de la désignation d’un premier ministre de consensus et de la mise en place d’un nouveau Cep.

Les consultations, avec les différents secteurs de la vie nationale, s’inscrivent dans le cadre de l’application de l’accord de sortie de crise du 6 février 2016, dont l’impérieuse nécessité serait, d’aboutir, dans le meilleur délai, à la désignation d’un premier ministre et à la formation d’un gouvernement de consensus, ainsi qu’à la nomination des membres du Cep. [jep emb gp apr 23/02/2016 16:50]