Dépêches

Haïti-Politique : L’Amicale des juristes émet des réserves sur la poursuite du processus électoral décrié


vendredi 19 février 2016

P-au-P, 19 février 2016 [AlterPresse] --- L’Amicale des juristes haïtiens exprime « de sérieuses réserves, quant à la possibilité, pour le pays, de poursuivre un processus électoral en pourriture », dans une lettre ouverte, datée du mercredi 17 février 2016 et adressée au président provisoire du 14 février 2016, Jocelerme Privert.

« Quelle serait l’économie d’une telle démarche quand on sait que deux instances nationales ont déjà reconnu officiellement que les élections du 25 octobre 2015 sont entachées de fraudes massives », s’interroge l’Amicale des juristes, dans la lettre portant la signature de son président, l’avocat René Julien, et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

L’Amicale des juristes suggère au président provisoire d’inviter les principaux concernés, notamment le Groupe des huit (8) candidats à la présidence (G8), le Groupe des trente (30) candidats - le G-8 et le G-30 contestent les résultats définifs des élections du 25 octobre 2015 -, Fanmi lavalas, la plateforme Pitit Desalin, le Parti haïtien tèt kale (Phtk) et les présidents des deux chambres du parlement, à une séance de travail au palais national, en vue de trouver un consensus favorable à un amendement de l’accord initial.

Ce dernier devrait tenir compte du temps nécessaire à la réalisation d’une œuvre achevée, estime l’organisation.

L’Amicale des juristes haïtiens recommande la reprise de la présidentielle du 25 octobre 2015, avec la participation des 4 candidats à la présidence, présumés être en tête de classement selon les résultats problématiques et contestés du Conseil électoral provisoire (Cep).

Elle exige la tenue d’un deuxième tour en faveur des deux candidats ayant occupé, dans le cadre de la reprise, la tête du classement, si aucun n’a obtenu la majorité absolue requise par la Constitution.

Elle préconise une réévaluation des résultats, en ce qui concerne les candidats soi-disant agréés, mais sur qui planent de grandes suspicions, tout en appelant à la finalisation des dossiers électoraux relatifs aux collectivités territoriales.

L’Amicale des juristes conseille de mettre sur pied, à travers le pays, un vaste programme d’éducation civique, adapté à la cause de la transition.

Ce programme adapté d’éducation civique devrait permettre au pays de compter sur un nombre, de plus en plus important de citoyennes et de citoyens, qui accordent de l’intérêt aux activités de la transition.

Jocelerme Privert a entamé des démarches en vue de la mise en place d’un nouveau Conseil électoral provisoire (Cep).

Les revendications générales de divers secteurs, en faveur d’une évaluation en profondeur du processus électoral controversé de 2015, ont abouti au renvoi sine die des élections, programmées pour le 24 janvier 2016, par un conseil électoral décrié, dont 6 de ses membres ont démissionné de leur fonction à la fin de janvier 2016. [emb rc apr 19/02/2016 10:50]