A travers Haiti

Haïti-Logement : Relocalisation prochaine de 544 familles rapatriées à Anse-à-Pitres


mardi 16 février 2016

Correspondance Pénia Bonicet

Anse-à-Pitres, 16 février 2016 [AlterPresse] --- 544 familles rapatriées, établies sur cinq sites à Anse-à-Pitres (commune frontalière avec Pedernales / République Dominicaine) seront bientôt relocalisées, d’ici fin mars 2016, indique un responsable de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), Soro Moussa.

« Le processus de relocalisation des rapatriés (au nombre de 346 familles), vivant sur les sites de Parc Cadeau, va commencer dans 6 semaines », précise-t-il, à l’occasion d’une visite, à Anse-à-Pitres, du directeur des opérations (en Haïti) du Bureau pour la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), John Ging, le vendredi 12 février 2016.

Cette visite visait à fournir à ces rapatriés haïtiens une assistance technique et financière, sur la base d’une évaluation de leur situation vulnérable, en vue de leur relocalisation.

Au cours de cette visite, Ging a rencontré les autorités de la zone, les groupes de personnes vulnérables, notamment les femmes, des dirigeants communautaires travaillant des deux côtés de la frontière haïtiano-dominicaine.

L’ambassadrice du Canada en Haïti, Paula Caldwell St-Onge, la titulaire du Ministère de la santé publique et la population (Mspp), Florence Duperval Guillaume, y ont été présentes.

Une aide financière sera donnée en vue de soutenir les ressortissantes et ressortissants haïtiens, et de leur permettre de retourner dans leurs communes natales, fait savoir le chef d’Ocha en Haïti, Enzo di Taranto, qui se dit très préoccupé par la situation infrahumaine des rapatriés.

Ocha a accordé une somme de deux millions de dollars américains (US $ 1.00 = 63.00 gourdes ; 1 euro = 75.00 gourdes aujourd’hui) pour accompagner ces rapatriés haïtiens à Anse-à-Pitres.

Parmi les 544 familles, vivant actuellement dans les camps à Anse-à-Pitres, figurent, pour la plupart, des personnes qui ont fui la République Dominicaine, suite aux menaces dont elles ont été l’objet de la part de militaires dominicains.

15 décès et plus d’une soixantaine de personnes infectées du choléra ont été enregistrés du dimanche 25 octobre au jeudi 19 novembre 2015, sur la frontière d’Anse-à-Pitres.

L’inflammation du vagin des fillettes, des infections de la peau chez des adultes et de la teigne sont parmi les maladies courantes, contractées par plusieurs rapatriés, logés à Parc Cadeau, dans la commune d’Anse-à-Pitres.

Des enfants ont attrapé des maladies des yeux ainsi que de la malaria au Parc Cadeau, à Tête-à-l’Eau, localité d’Anse-à-Pitres, où les structures sanitaires sont inexistantes. [pb emb rc apr 16/02/2016 11:40]