Documents

Haïti : Le Front du Refus dénonce « une pseudo solution qui ne peut en aucun cas désamorcer la crise politique »


lundi 8 février 2016

Note de presse du Front du Refus

Document soumis à AlterPresse le 8 février 2016

Le Front du Refus et de la Résistance Patriotique, regroupant des partis politiques, associations de la société civile, candidats et personnalités, a appris, avec consternation, la tentative, du Président de la république sortant et des Présidents des deux chambres d’un parlement contesté, de faire main basse sur le pouvoir et d’imposer à la nation une pseudo solution, qui ne peut, en aucun cas, désamorcer la crise politique majeure, dont ils sont, en grande partie, responsables.

L’accord mort-né, qu’ils ont signé à quelques heures de la fin du mandat du Président, ne prend pas en compte la dimension de la crise politique. Il n’a aucun fondement légal, ni constitutionnel, et, conséquemment, n’a aucune chance de convaincre, ni de rassembler les acteurs et actrices politiques, ni la société civile.

Le peuple, mobilisé en faveur de la démocratie et d’un retour à un fonctionnement normal de nos institutions, rejette purement et simplement cet accord.

Une fois de plus, ce Président, qui quitte la scène politique par la petite porte, comme il y avait accédé, et les Présidents des deux chambres d’un Parlement, dont l’élection contestée a plongé le pays dans une crise politique majeure, ont choisi de traiter, par le mépris, les propositions de sagesse, présentées par les partis politiques, de concert avec la société civile.

Le gros bon sens devrait leur permettre de comprendre que seul un large consensus peut nous aider à trouver une solution durable à cette crise.

Il est évident qu’aucun citoyen/citoyenne responsable ne peut accepter cette petite combinaison de dernière minute, concoctée par ce Président, qui a tout fait pour nous conduire à cette impasse, et des Parlementaires issus d’élections frauduleuses.

En ces moments critiques pour notre pays, le Front met en garde tous ceux qui croient pouvoir profiter de la situation pour s’emparer du pouvoir, et appelle les uns et les autres au calme.

La situation économique et sociale du pays est trop dégradée pour que nous prenions le risque de l’entraîner dans des affrontements fratricides et dans le chaos.

Maintenant que le pays est débarrassé de Monsieur Martelly, il est impératif de convoquer immédiatement les partis politiques et les représentants de la société civile pour chercher ensemble la formule appropriée pour organiser la transition, constituer une équipe chargée de procéder à l’évaluation des élections de 2015 et mettre en place des bases solides pour reconstruire nos institutions et notre économie.

Ce Parlement doit s’abstenir de prendre toute décision qui, loin de régler le problème, ne ferait que l’empirer. Il doit attendre les décisions consensuelles que prendront les forces vives du pays.

Dans l’intervalle, les citoyennes et les citoyens doivent rester mobilisés et se tenir prêts à continuer à manifester pacifiquement leur désaccord avec les manouvres du Parlement contesté, visant à exclure la majorité des acteurs et actrices politiques et de la société civile dans la recherche de solutions durables pour notre pays.

Signataires : Marie Frantz JOACHIM / Edmonde S. BEAUZILE/ Freud JEAN /Jean William JEANTY/ Junot FELIX/Jean Henold BUTEAU/ Charles Henri BAKER/ Kenold MATHIEU/ Magalie COMEAU-DENIS/ Chavannes JEAN-BAPTISTE/ Francky EXIUS/ Rosemond PRADEL/ Alix RICHARD

Pour authentification,

Marie Frantz JOACHIM Coordonnatrice Générale SOFA

Jean Hénold BUTEAU
Coordonnateur Général ASO