Dépêches

Haïti-Politique : L’Ordre des avocats de Port-au-Prince encourage une solution proche de la légalité pour éviter une impasse


mardi 2 février 2016

P-au-P, 01er fév. 2016 [AlterPresse] --- Le Conseil de l’Ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince souligne la nécessité de la recherche d’une solution proche de la légalité pour éviter une impasse, dans une note de presse en date du 29 janvier 2016, transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

A l’avenir, seul le respect de la règle de droit doit être la boussole et une garantie pour une alternance apaisée. L’avenir du pays et le bonheur de la population doivent demeurer la seule préoccupation, préconise-t-il.

Le Conseil de l’Ordre des avocates et avocats de Port-au-Prince dit noter « une radicalisation des protagonistes dans leur position et un risque d’escalade avec des conséquences imprévisibles » pour le pays, après le report de la présidentielle et des législatives du 24 janvier 2016, par le Conseil électoral provisoire (Cep) .

Six (6) des neuf (9) membres du Cep ont, à présent, remis leur démission.

Dans une précédente note de presse, en date du 22 janvier 2016, le Conseil de l’Ordre des avocaates et avocats de Port-au-Prince avait appelé au dialogue pour une issue à la crise politique, issue des élections des 9 août et 25 octobre 2016, jugées frauduleuses.

Les élections de 2015 ont suscité une impasse politique, qui a entraîné un ensemble de mobilisations dans les rues de la capitale, Port-au-Prince, pour exiger le départ du président sortant, Michel Martelly, et la mise en place d’un gouvernement de transition.

Des manifestations anti-gouvernementales ont encore eu lieu à Port-au-Prince, les vendredi 29 et samedi 30 janvier 2016.

Des partisans du Parti haïtien tèt kale (Phtk) au pouvoir ont aussi défilé, le jeudi 28 janvier 2016, dans les rues de la capitale, pour réclamer la reprise du second tour de la présidentielle et rejeter la mise en place de tout gouvernement de transition.

Un calendrier, proposant des actions à mettre en œuvre, est actuellement à l’étude au parlement, en vue de trouver une issue à la crise, avant la fin du mandat de Martelly, le dimanche 7 février 2016. [bd emb rc apr 01er/02/2016 12:20]