Dépêches

Haïti-Elections : Le président du Cep, Pierre-Louis Opont, démissionne


vendredi 29 janvier 2016

P-au-P, 29 janv. 2016 [AlterPresse] --- Le président du Conseil électoral provisoire (Cep), Pierre-Louis Opont, a finalement remis sa démission au président Joseph Michel Martelly, dans une lettre en date du 28 janvier 2016, dont une copie a été consultée par AlterPresse.

Cette décision fait suite à une correspondance, datée du 27 janvier 2016, du Forum économique du secteur privé, qui l’avait choisi pour être membre du Cep.

« Par respect pour l’engagement, que j’ai pris lors de ma prestation de serment, le 23 janvier 2015, j’estime qu’il est temps pour moi de partir », affirme Opont, soulignant que l’histoire retiendra qu’il a servi son pays dans des circonstances particulières.

Il évoque des événements tragiques, indépendants de sa volonté, ayant entravé le processus électoral, qui ne lui ont pas permis d’accomplir sa mission, jusqu’à la fin, qui était, dit-il, de réaliser des élections devant mener à la rentrée parlementaire le 11 janvier 2016 et l’installation, le 7 février 2016, d’un président élu.

Le Forum économique du secteur privé a demandé à Opont de se démettre de ses fonctions, en vue de permettre à la Nation de trouver une issue à la crise actuelle.

Vers 10:00 am locales (15:00 gmt), AlterPresse a essayé en vain d’avoir la réaction de certains membres du Cep sur la démission de Opont.

Joint au téléphone par AlterPresse, un haut responsable administratif a affirmé, avec une voix empreinte d’un peu d’émotion, qu’il n’était pas encore au courant de l’information.

Quatre des neuf membres du Cep ont déjà remis leur démission, à savoir les représentants du secteur des droits humains, Jaccéus Joseph, de la conférence épiscopalecatholique romaine, Ricardo Augustin, des cultes réformés, Vijonet Deméro, et du secteur de la presse, Pierre Junior Manigat.

A moins de quelques jours de l’expiration de son mandat, prévue le 7 février 2016, Martelly a écrit à des secteurs de la société civile, le 25 janvier 2016, pour leur demander de designer de nouveaux membres au Cep, en remplacement de ceux qui ont démissionné.

Des secteurs socio-politiques, notamment la Solidarite fanm ayisyèn (Sofa) et le Groupe des huit (8) candidats à la présidence (G-8), réfractaires aux résultats controversés de la présidentielle du 25 octobre 2015, ont critiqué cette invitation de Martelly.

En réponse à cette invitation, l’Association nationale des médias haïtiens (Anmh) a préconisé la mise en place d’un Cep, qui serait issu d’une entente globale, en vue d’une solution à la crise politique.

Après le 7 février 2016, « si aucun accord n’est trouvé, je ne laisserai pas le pays dans l’incertitude », a déclaré le président Martelly, lors de l’inauguration des infrastructures socio-économiques du wharf de Jérémie, à Port-au-Prince, le jeudi 28 janvier 2016.

Plusieurs propositions de sortie de crise sont actuellement sur la table des négociations, impliquant particulièrement l’exécutif et le sénat. [emb gp apr 29/01/2016 11:10]