A travers Haiti

Haïti-Agriculture : De vastes plantations de petit mil ravagées dans le Plateau Central


jeudi 7 janvier 2016

Correspondance de Ronel Odatte

Hinche, 7 janv. 2015 [AlterPresse] --- De vastes plantations de millet (petit mil) sont détruites dans plusieurs communes du Plateau Central (Centre), apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Ces plantations de millet dans les communes de Thomassique, Thomonde, Maïssade et Hinche sont sévèrement affectées par une maladie qui reste jusqu’ici inconnue.

Ces plantations sont détruites notamment à Papaye, à Caobite et dans plusieurs autres localités de la 3e section d’aguahedionde rive droite.

Les zones affectées se situent non loin du bureau départemental du Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (Marndr).

Les feuilles de millet sont desséchées et leurs grappes sont envahies par des insectes.

Un cadre du Marndr à Hinche, l’ingénieur-agronome Beaudelais Louis (dont la plantation est également) victime de ce fléau, n’a réussi à sauver même une grappe de millet.

« J’en ai planté sur plusieurs hectares et toutes ont été détruites en une fraction de seconde », déplore l’ingénieur-agronome.

Les pertes de millet sont énormes et représenteraient un déficit considérable pour le secteur paysan.

Des habitantes et habitants notamment de Thomonde, Maïssade et de Thomassique appellent le ministère de l’agriculture à dépêcher d’urgence des experts, capables d’apporter des explications claires sur l’origine de cette maladie qui touche cette céréale.

Nos animaux ne peuvent même pas consommer les feuilles sèches, regrettent-ils.

Beaucoup de personnes diabétiques consomment quotidiennement le petit mil dans le Plateau Centra pour ses vertues curatives.

Le prix de la livre du petit mil est passé actuellement de 12 à 16 gourdes.

Un membre du comité exécutif du mouvement paysan de papaye, Philfrant Stnaré, appelle les responsables concernés à agir face à cette situation critique.

« Il n y a presque plus de millet et les paysans sont aux abois », ajoute-t-il.

Le mouvement « Utopia Ayiti », une association de jeunes qui intervient dans le domaine de l’environnement, ne cahe pas non plus son inquiétude.

¨La région a déjà connu une sécheresse aiguë en 2015 et maintenant on s’achemine vers une crise alimentaire¨, se lamente-t-il.

Utopia Ayit appelle les responsables étatiques concernés à adopter ¨un comportement plus responsables vis-à-vis de l’environnement¨.

Les paysannes et paysans ne bénéficient pas de l’assistance de l’Etat et ne sont pas encadrés, a déploré Utopia Ayiti, dans une note en date du 4 décembre 2016.

De nombreux poissons ont été tués l’année dernière dans plusieurs rivières du Plateau Central, dénonce le mouvement.

Utopia Ayit exhorte le ministère de l’agriculture à diligenter une enquête afin de déterminer les causes exactes de ce fléau qui détruit la culture du millet dans le Plateau Central.

Le gouvernement doit aussi mettre en place une politique de reboisement à grande échelle et une réforme agraire intégrale, conclut Utopia Ayit. [ro emb vs apr 7/01/2016 11 : 10]