<

Haïti- Elections : Le G8 rejette en bloc les résultats définitifs des législatives du 25 octobre

P-au-P, 21 déc. 2015 [AlterPresse] --- Le Groupe de huit candidats à la présidence (G8) de l’opposition rejette en bloc les résultats définitifs du second tour des législatives du 25 octobre 2015, dans un communiqué en date du 19 décembre 2015 et transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Ces résultats publiés durant le weekend sont « intervenus brusquement dans le but évident de couper court aux dénonciations de plus en plus persistantes relatives aux distributions de pots-de-vin aux conseillers électoraux, aux juges des Bureaux électoraux départementaux (Bced) et du Bureau électoral national (Bcen) », dénonce le G8.

Il est indispensable aujourd’hui d’accorder une protection particulière aux dénonciateurs et aux témoins des actes de corruption dont se sont rendus coupables des membres des Bced et du Bcen avant la publication des résultats, estime-t-il.

« Il n’est pas normal que le Centre de tabulation (Ctv), les Bced et le Bcen, par la pratique du pot-de-vin, se substituent aux électeurs », fustige le Groupe qui condamne la publication des résultats définitifs pour les législatives alors que de graves accusations de corruption pèsent sur les membres des différents Bced et du Bcen.

L’ancien président du Sénat, Dieusseul Simon Desras, a fait état de pots-de-vin, qu’auraient reçus trois conseillers électoraux, notamment Yolette Mengual, Lourdes Edith Delouis et Vijonet Démérot, de la part de certains candidats, en vue de proclamer la victoire électorale de ces derniers.

Le Conseil électoral provisoire (Cep) est vu comme une commission aux enchères privées, critiquent diverses institutions et personnalités.

Selon le G8, la publication de ces résultats, quarante-huit heures après la formation d’une commission électorale pro-gouvernementale, démontre que le pouvoir et le Cep ont délibérément choisi de verser dans l’escalade et la provocation.

Cette commission d’évaluation électorale a été formée par l’exécutif, suite à un arrêté présidentiel en date du mercredi 16 décembre.

« Cette volonté évidente d’empirer la crise pour mieux se présenter en position de force dans des négociations politiques éventuelles confirme à quel point l’Etat a perdu de sa superbe et de son prestige avec le pouvoir Tèt-kale et le caractère servile d’un Cep scélérat soumis aux caprices de l’Exécutif », critique le G8.

Il dit appuyer les manifestations populaires pacifiques organisées un peu partout à travers le pays pour forcer l’exécutif et le Cep à respecter le verdict des urnes et renouvelle sa volonté de tout entreprendre, dans le cadre de la loi, pour faire respecter la volonté populaire.

Une nouvelle manifestation est annoncée par l’opposition le 27 décembre 2015 (date fixée pour le second tour de la présidentielle) pour dénoncer les élections du 9 août et du 25 octobre 2015.

Le G8 réaffirme sa volonté d’arriver à la formation d’une commission d’enquête indépendante de vérification électorale chargée de restituer la sincérité du scrutin pour tout le processus électoral.

Dans un communiqué en date du 3 novembre 2015, le G8 avait indiqué les secteurs à consulter pour la formation de ladite commission, les modalités de désignation de ses membres et sa mission, rappelle le communiqué du 19 décembre. [emb gp apr 21/12/2015 09 : 50]