Dépêches

Haïti-Elections : Le G8 rejette la formation de la commission d’évaluation électorale


vendredi 18 décembre 2015

P-au-P, 18 déc. 2015 [AlterPresse] --- Le Groupe de 8 candidats à la présidence (G8) rejette la formation de la commission d’évaluation électorale par l’exécutif, dans un communiqué en date du jeudi 17 décembre 2015, transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

Le président de la république, Michel Martelly a donné l’ordre à la commission de confirmer ce qui est contesté en désignant les deux candidats à la présidence qui iront au second tour à déléguer leurs représentants pour assister aux travaux de la commission électorale pro-gouvernementale, condamne le G8.

Il dit condamner la légèreté avec laquelle l’exécutif aborde le problème de la crise électorale en formant une commission présidentielle électorale sans tenir compte de leurs revendications.

Le Groupe avait appelé dans une note en date du 3 novembre à identifier des secteurs susceptibles de recommander des personnalités crédibles au sein de la commission d’enquête indépendante chargée de rétablir la sincérité du scrutin du 25 octobre 2015, jugés frauduleux.

Il déplore le fait que l’exécutif n’ait pas pris le temps de consulter les sénateurs en poste et les acteurs impliqués dans la crise pour trouver l’indispensable consensus sur le choix des personnalités appelées à former la « commission d’enquête indépendante » dont plusieurs secteurs réclamaient la formation.

Le G8 appelle la population à rester mobilisée jusqu’à ce que l’exécutif comprenne la nécessité de respecter le verdict des urnes.

Il continue d’exiger la démission des membres du Conseil électoral provisoire (Cep) et les invite à se mettre à la disposition de la justice pour les graves présomptions de corruption qui pèsent sur eux.

Il demande que l’action publique soit mise en mouvement contre les auteurs, instigateurs complices et receleurs de ces actes de corruption.

L’ancien président du Sénat, Dieusseul Simon Desras a fait état de pots-de-vin, qu’auraient reçus trois conseillers électoraux, notamment Yolette Mengual, Lourdes Edith Delouis et Vijonet Démérot, de la part de certains candidats, en vue de proclamer la victoire électorale de ces derniers.

Malgré la mise sur pied de la commission d’évaluation électorale, critiquée par divers secteurs du pays, l’opposition prévoit de nouvelles manifestations dans les rues pour le 27 décembre 2015 en vue de voter symboliquement contre le chef de l’Etat, les membres du Cep et la communauté internationale.

Face à son concurrent, du Parti haïtien tèt kale (Phtk) au pouvoir, Jovenel Moise, arrivé en tête dans les résultats présidentiels controversés du premier tour, le candidat de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), placé en deuxième position, Jude Célestin, du G8, refuse d’aller au second tour de la présidentielle, prévu le 27 décembre 2015.

Lors d’un point de presse le jeudi 17 décembre, le premier ministre Evans Paul a appelé les secteurs de l’opposition à laisser à la commission le soin de faire son travail. [bd emb gp apr 18/12/2015 11 : 54].