Perspectives

Haïti-Elections : 18% de participation, seulement 9 élus, dont 4 Phtk, aux législatives du 9 août...

Aucun élu au sénat dans l’Ouest, où se trouve la capitale
vendredi 21 août 2015

Actualisation : 14:30

Le département de l’Ouest, où se trouve la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince, accuse un taux de participation de 10%, aux législatives du 9 août 2015, selon les statistiques du Cep.

P-au-P, 21 août 2015 [AlterPresse] ---P-au-P, 21 août 2015 [AlterPresse] --- Le premier tour des législatives, le 9 aout dernier, a été marqué par une participation extrêmement faible, estimée à 18%, et seulement 9 députés, dont 4 du Parti haïtien Tèt kale (Phtk), ont été élus au premier tour, alors qu’aucun candidat n’a été élu au sénat, selon un décompte fait par AlterPresse, suite aux résultats préliminaires communiqués le 20 aout par le Conseil électoral provisoire (Cep).

Le scrutin sera repris le 25 octobre 2015 dans plus de 20 circonscriptions, annonce le Cep, qui a finalement publié les statistiques du premier tour des législatives controversées, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Le taux de 18% de participation étonne plus d’un, car des observateurs avaient prédit un taux beaucoup plus faible en prenant en compte le déroulement du scrutin dans plusieurs régions du pays.

Le département, où les électeurs se sont le plus abstenus d’aller voter, est l’Ouest – qui comprend également la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince - avec un taux de participation de 10%. Cependant, le Nord-Est a eu 37% de participation, le taux le plus élevé sur le territoire national, fait savoir Mosler Georges, directeur exécutif du Cep, dans un bref point de presse en fin d’après-midi du jeudi 20 août 2015.

A partir de l’après-midi du 20 août 2015, les candidates et candidats ont un délai de 72 heures (jusqu’à dimanche après-midi 23 août) pour produire des contestations, le cas échéant.

Le Cep n’a pas tenu compte des récriminations de différents partis politiques, qui quelques heures avant la publication officielle des résultats préliminaires, ont organisé un sit-in, devant le siège central du Cep, à Pétionville (à l’est de la capitale), pour exiger l’annulation de l’ensemble du scrutin du 9 août 2015.

Aucun incident n’a été enregistré, jeudi après-midi 20 août 2015, après la publication des résultats préliminaires des législatives de 2015, seules élections tenues depuis 2011 en Haïti.

Des rumeurs appelaient les citoyennes et citoyens à regagner leurs domiciles en prévision d’éventuels grabuges, qui pourraient découler de la publication de ces résultats préliminaires.

Mais, la situation était globalement calme, un peu partout. Des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) étaient remarqués en des endroits stratégiques dans la zone métropolitaine de la capitale.

Jusque dans la matinée de ce vendredi 21 août 2015, le site du Conseil électoral provisoire était difficile d’accès, pour l’obtention de l’ensemble des résultats préliminaires du premier tour des législatives du 9 août 2015.

5 millions 800 mille électrices et électeurs devaient donner mandat à 119 députés et 20 sénateurs, aux législatives du 9 août, dont les résultats préliminaires ont été rendus publics avec 24 heures de retard.

9 candidats à la députation élus au premier tour des législatives du 9 août 2015

Neuf candidats à la députation, dont quatre du Parti haïtien tèt kale du président Michel Martelly, ont devancé de 25% leur concurrents immédiats, à l’issue du premier tour des législatives, dans leurs circonscriptions respectives (Artibonite, Plateau central, Grande Anse et Ouest).

Suivant ces résultats préliminaires, Rondon Bien-Aîmé (Phtk) est élu avec 76.67%, dans la circonscription de Cerca-Carvajal/Quartier de los Palis (Plateau central) ; Rony Célestin (Phtk) avec 64.84%, dans la circonscription de Cerca la Source (Plateau central) ; Garcia Delva (Phtk) - nom de scène, comme chanteur, Gracia Delva, nè à Marchand-Dessalines le 9 juin 1972 - avec 61.06% des voix, dans la circonscription de Marchand-Dessalines (Artibonite) ; Anouce Jhon Bernard (Phtk) avec 51.52%, dans la circonscription de Beaumont (Grande Anse, une partie du Sud-Ouest).

Cholzer Chancy (Parti Ayisyen pou Ayiti) est élu avec 66.97%, dans la circonscription d’Ennery (Artibonite). Dans ce même département, Fritz Chéry (Parti Ayiti An Aksyon) est élu avec 48.59%, dans la circonscription de Gros Morne.

Jackie Guerrier (Parti Inite Patriyotik) est élu avec 49.02%, dans la circonscription de Pointe à Raquette (Ouest), Ronald Etienne (Parti Consortium) passe avec 42.62% dans la circonscription de Peste (Grand Anse) et Gabriel Lyonel Jean (Parti Verite) est élu avec 45.09%, dans la circonscription de Lascahobas (Centre).

Aucun candidat au sénat n’est élu au premier tour du scrutin du 9 août 2015.

Dispositions institutionnelles en prévision du 25 octobre 2015

Le dimanche 25 octobre 2015, les législatives seront reprises en même temps que le second tour, ainsi que les municipales et le premier tour de la présidentielle, dans les « zones où la quantité de procès verbaux récupérée est inférieure à 70% », souligne le directeur exécutif du Cep.

Il s’agit de : la 1re circonscription de Port-au-Prince, Cité Soleil, Cornillon, Gressier, Arcahaie, Cabaret (6 circonscriptions dans le département de l’Ouest), Saint-Marc, Verrettes, Petite Rivière de l’Artibonite, Grande Saline, Desdunes (5 circonscriptions dans l’Artibonite), Acul du Nord, Dondon, Port Margot, Plaisance, Grande Rivière du Nord, St Raphaël (6 circonscriptions dans le Nord), Boucan Carré, Savannette (Plateau central), Marigot (Sud-Est), Môle St Nicolas (Nord-Ouest), Port à Piment (Sud).

« Le Cep est conscient qu’il y a eu des problèmes concernant les mandats », reconnaît le président du Cep, Pierre Louis Opont, promettant que ces documents seront prêts 15 jours avant le prochain scrutin du 25 octobre 2015.

Les mandats des observateurs seront renouvelés pour le 25 octobre, vu les irrégularités commises par certains observateurs durant la journée du vote du 9 août 2015, souligne Opont.

Le conseil électoral annonce l’adoption de mesures concernant l’identification des observateurs ainsi que la publication des listes électorales dans les délais légaux.

« Le Cep a fait face à une violence qu’il n’a pas pu endiguer », se défend Opont, quant au déroulement du scrutin du 9 août 2015.

L’institution n’a fait que constater ces violences.

« Pour certaines zones, nous n’avons pas encore trouvé de coupables », ajoute le conseiller électoral Pierre Junior Manigat.

Pour l’instant, l’organisme électoral a radié 15 candidats à la députation et 1 candidat au sénat.

D’autres candidats pourraient également être écartés et des sanctions prises contre des partis politiques, suivant les résultats des investigations encore en cours sur le scrutin du 9 août 2015.

Des blâmes et avertissements contre les partis politiques, voire leur radiation, sont également envisagés. [kft rc gp apr 21/08/2015 9:25]