Dépêches

Haïti-Elections : La Plateforme Vérité, indignée après l’éjection de Jacky Lumarque de la liste des candidats à la présidence

Le regroupement politique n’entend pas rester les bras croisés
lundi 22 juin 2015

P-au-P, 22 juin 2015 [AlterPresse] --- La Plateforme Vérité se dit indignée face à la décision du Conseil électoral provisoire (Cep) d’écarter son candidat à la présidence, Jacky Lumarque, de la course électorale.

Cette décision est en violation de la Constitution de la République, du décret électoral, et des principes les plus élémentaires du droit public haïtien, dénonce la plateforme, dans une note de protestation en date du 20 juin.

Le rejet du professeur Jacky Lumarque de la liste des candidats agréés pour prendre part aux prochaines élections présidentielles, fixées les 25 octobre et 27 décembre 2015 a été annoncé par le Cep, le 19 juin.

Le motif avancé est l’absence de « décharge, de sa gestion comme coordonnateur du Groupe de travail sur l’éducation et la formation (Gtef), en violation de l’article 90 du Décret électoral, alinéa (h) ».

Tout en récusant la décision du Cep, la Plateforme entend utiliser toutes les voies de recours à sa disposition pour faire échec à cette mesure.

Le Cep a cédé « aux pressions de partis politiques sans titre ni égalité au regard du décret électoral pour produire une contestation » auprès de cette institution électorale, dénonce la Plateforme.

La Plateforme rappelle qu’au moment de l’inscription de son candidat au Bureau électoral départemental (Bed), toutes les pièces requises par le décret électoral du 2 mars 2015 ont été soumises, y compris un certificat de décharge de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca) pour sa gestion comme directeur de l’Institut National de Formation Professionnelle (Infp) de 1987 à 1989.

C’est la seule période de la vie professionnelle du candidat au cours de laquelle il avait la charge de gérer des fonds du trésor public, indique la note portant la signature de Paul-Antoine Bien-Aimé, Joanas Gué et René Momplaisir.

Par ailleurs, le nommé Levelt François a été également retiré de la liste des candidats agréés à participer aux prochaines élections présidentielles pour avoir été condamné pour possession et trafic de crack et de cocaïne aux Etats Unis d’Amérique, indique un communiqué du Cep, en date du 19 juin.

Cette infraction est considérée comme un crime transnational, en violation de l’article 36, alinéa (c) du décret électoral, précise-t-il.

Des fondateurs et des membres adhérents du Parti de la Diaspora Haïtienne pour Haïti (Mudhah) ont applaudi l’institution électorale « pour avoir finalement évincé officiellement de la course à la présidence du pays, Levelt Francois comme candidat à la présidence sous la bannière usurpée du parti, dans une note en date du dimanche 21 juin 2015.[emb apr 22/06/2015 11 : 45]