Dépêches

Haïti-Élections : Positions nuancées de certains partis sur une éventuelle modification du calendrier électoral


lundi 25 mai 2015

P-au-P, 25 mai 2015 [AlterPresse] --- Des partis politiques engagés dans le processus électoral, ont des positions nuancées sur une éventuelle modification du calendrier électoral, comme le préconise le Département d’État américain, par le truchement de Thomas Adams, conseiller sur le dossier d’Haïti.

L’actuel calendrier électoral prévoit un processus avec trois journées de vote, soit le 9 août pour élire les sénateurs (20) et les députés (119), puis le 25 octobre pour 2è tour des législatives, le 1e tour des présidentiels et les élections des collectivités territoriales.

Une éventuelle troisième journée est prévue pour le 27 décembre 2015, pour élire un président au cas où cela ne serait pas possible au 1e tour.

Dans une déclaration faite à un groupe de journalistes haïtiens en déplacement aux États-Unis, le conseiller Thomas Adams, s’est dit pour une modification du calendrier électoral (à 2 tours au lieu de 3). Cela permettrait selon lui « d’économiser environ 30 millions de dollars et donnerait au Conseil électoral provisoire(Cep) un peu plus de temps pour préparer les opérations électorales ».

Qu’en disent les partis ?

La Fusion des sociaux démocrates haïtiens (Fusion) a « toujours demandé des élections en deux étapes », dixit le vice président du parti, Alix Richard.

Pour la Fusion, il serait mieux d’organiser une première journée électorale, « pour les présidentielles et législatives en même temps », et ensuite une deuxième journée pour les présidentielles, législatives et municipales.

Ainsi l’éventuelle troisième journée ne serait plus nécessaire.

La Fusion estime nécessaire d’organiser « une discussion » en ce sens entre l’Exécutif, le Conseil électoral et les autres parties concernées.

Le Mouvement patriotique populaire dessalinien (Mopod), pour sa part, n’a pas souhaité réagir sur l’idée avancée par le conseiller Adams.

Joint au téléphone par AlterPresse, le coordonnateur du Mopod, Jean André Victor, affirme que « les Haïtiens sont assez matures pour organiser les élections chez eux » et à faire face aux « défis à relever ».

« Nous sommes engagés dans le processus électoral et nous allons faire en sorte qu’il aboutisse correctement », ajoute-t-il.

L’organisation du peuple en lutte (Opl) a, de son côté, critiqué la voie utilisée pour faire passer le message.

« Je crois que le gouvernement américain ferait mieux de s’adresser directement au gouvernement haïtien », a estimé Saveur Pierre Étienne, coordonnateur national de l’Opl et candidat à la présidence.

Il croit que ce sont « les canaux diplomatiques », qui devraient être mobilisés pour l’expression d’une telle préoccupation.

Toutefois, il ne s’attarde pas à la question d’étapes ou de tours. Pour lui, son parti est prêt pour les élections ainsi que le peuple.

Quelques retards sont déjà observés dans l’application du calendrier électoral en cours d’exécution. [srh kft gp apr 25/05/2015 15 :30]