A travers Haiti

Haïti-Elections : Le président du Cep rencontre les partis politiques dans le Sud-Est


vendredi 20 mars 2015

Correspondance Gerdy Jérémie

Jacmel, 20 mars 2015 [AlterPresse] --- Plusieurs responsables politiques et représentants de la société civile ont discuté au cours de la semaine avec le président du Conseil électoral provisoire (Cep), Pierre- Louis Opont, autour des griefs et contestations liés au mode de recrutement des membres des Bureaux électoraux départementaux (Bed) et des Bureaux électoraux communaux (Bec) à travers le département.

La Plateforme des partis politiques pour libérer le Sud-Est (Pppose) était montée au créneau pour dénoncer et critiquer le processus de recrutement des membres des Bec et Bed, entaché de fraudes et d’irrégularités, selon elle.

Patrick Cormier (président), Ericarme Joassaint (vice-président) et Galatte Pierre Louis (secrétaire-trésorier), sont les membres du Bed contesté, installés en septembre 2014 à Jacmel.

Des démarches avaient été entreprises auprès du Cep présidé par Max Mathurin pour solliciter formellement la reprise du processus, enclenché par son prédécesseur Me Fritzo Canton.

Bien que certains conseillers aient été favorables à l’annulation pure et simple du processus dans le Sud-Est, rien n’a encore été fait en ce sens pour rassurer les protestataires.

Pierre Louis Opont a effectué la visite à Jacmel le 17 mars dans l’objectif, dit-il, de recueillir les doléances de ces partis notamment la Convention unité démocratique (KID), l’Organisation du peuple en lutte (Opl), le Rassemblement national des démocrates volontaires pour l’unité salvatrice (Randevous) et des représentants d’organisations de la société civile.

Cette rencontre s’est déroulée dans la salle de conférence du bureau de la délégation du Sud-Est.

Les acteurs politiques se disent satisfaits des discussions avec le conseiller Opont. Toutefois ils déclarent attendre une réponse plus concrète à leurs revendications, en vue de faciliter la réalisation d’élections libres, honnêtes, démocratique et inclusives dans le Sud-Est.

Pour sa part, le président du Cep, qui se veut rassurant, donne la garantie d’une analyse judicieuse des différents dossiers de contestation et des recommandations faites par les partis, en vue de l’adoption de mesures appropriées.

« Je vais tenir compte de ces différentes recommandations, ensuite je vais prendre des décisions, pour corriger ce qui mérite d’être corrigé. Et la presse sera au courant des décisions prises concernant les Bed et Bec du Sud-Est », déclare Opont.

Le Cep a fait savoir que près d’une quinzaine de Bed et Bec étaient l’objet de contestation. Certains secteurs, à l’image des organisations de droits humains, en avaient douté, souhaitant une révision complète du processus.

Par ailleurs, les acteurs politiques ont profité de cette rencontre pour exprimer leurs préoccupations devant la recrudescence des actes de banditisme et d’insécurité dans le département, à l’approche des prochaines joutes électorales.

Ces élections doivent permettre d’élire 20 sénateurs, 119 députés, plusieurs centaines de représentants locaux entre aout et décembre 2015, suivant le calendrier arrêté. [gj kft gp apr 20/03/2015 11:55]