Dépêches

Haïti-Politique : Calendrier électoral attendu


mercredi 11 mars 2015

P-au-P, 11 mars 2015 [AlterPresse] --- Le Conseil électoral provisoire (Cep) rencontre, ce mercredi 11 mars, pour une seconde fois, les responsables de plus de 150 partis politiques, dans la perspective de présenter le calendrier défini pour les prochaines élections, apprend AlterPresse.

C’est, apparemment, l’un des enjeux principaux plus d’un mois après l’installation des neuf membres de ce nouveau Cep chargé d’organiser le renouvellement de tous les postes électifs, sauf dix au Sénat, durant l’année 2015.

Après la première rencontre du 26 février 2015, dont l’objectif était d’exposer aux partis politiques l’ensemble des facteurs qui détermineront le contenu des calendriers électoraux, c’est maintenant le moment de présenter le calendrier électoral.

Cependant, certains partis politiques continuent de bouder les rencontres du Cep. Parmi ces formations et regroupements politiques figurent le Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod), le Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (Rdnp) et le tout jeune Platfòm Pitit Desalin.

Le coordonateur du Mopod, l’agronome Jean André Victor, joint au téléphone par AlterPresse, manifeste son refus de participer à la rencontre de ce matin.

Victor évoque le fait qu’il y a une mauvaise gestion dans les invitations lancées aux différents partis politiques faisant partie de Mopod.

« Les invitations arrivent toujours en retard. Les motifs des réunions sont généralement sans précision... Ce qui donnerait la possibilité de faire des palabres sans fin », critique Jean André Politique.

Victor met l’accent sur le fait qu’il n’y a aucun recours, après que le chef de l’Etat Michel Martelly ait pris la décision de publier le décret électoral, ce qui plongerait le pays dans un état d’exception, sans parlement pour valider une loi électorale.

« La Plateforme politique Pitit Desalin ne sera pas présente à la rencontre de ce mardi 11 mars 2015, parce que les conditions ne sont pas encore réunies. L’environnement électoral fait partie du contexte de crise », clame l’ex-sénateur du Nord, Jean-Charles Moïse.

Pitit Desalin continue de réclamer le départ de Michel Martelly, rappelle Moise.

Interrogée par AlterPresse, la coordonnatrice du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (Rndnp), Mirlande Hyppolite Manigat, affirme ne pas vouloir participer à la rencontre, sans évoquer les motifs de cette absence.

La Fusion des Sociaux-démocrates, pour sa part, compte se battre pour qu’il y ait une seule élection dans le pays. Parce que certains partis politiques n’auront pas assez de moyen pour prendre part dans les différents tours de scrutin et de préparer les différentes campagnes électorales pour des centaines de candidats à travers tout le pays.

Pour l’instant, le Cep a retenu le dimanche 7 février 2016 pour l’entrée en fonction du nouveau président de la République, le deuxième lundi du mois de janvier 2016 pour la nouvelle rentrée parlementaire et le dernier dimanche d’octobre 2015 (le 25 octobre 2015), pour la tenue de l’élection présidentielle, soit après les législatives qui auraient lieu en juillet. [jep kit gp apr 11/03/2015 11:10]