Dépêches

Haïti-Démocratie : Cinq organisations politiques appellent les masses à ne rien lâcher

Plaidoyer pour un projet politique alternatif
mercredi 21 janvier 2015

P-au-P, 21 janv. 2015 [AlterPresse] --- Il faut poursuivre la lutte populaire pour aboutir à un véritable projet politique alternatif, qui rassemble les intérêts de tout le peuple : c’est l’appel, lancé par cinq organisations politiques de gauche dans une note en date du 20 janvier 2015,dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Aksyon pou konstwi yon Ayiti òganize (Action pour construire une Haïti organisée, Akao), le Groupe de réflexion Moïse Louverture (Grml), Ayiti Djanm, Komite rezistans popilè Benwa Batravil (Comité de résistance populaire Benoit Batraville, Krpbb) et Pati rasin kan pèp ladénoncent une mission que la communauté internationale aurait confiée au président Joseph Michel Martelly.

Cette mission serait de paralyser le fonctionnement des institutions démocratiques, telles le parlement, tout en conduisant à des amendements de la Constitution contre les intérêts des Haïtiennes et Haïtiens.

La lutte des masses doit se poursuivre contre la corruption au niveau de l’Etat ainsi que contre les amendements programmés de la Constitution par les puissances étrangères, avec le soutien de l’administration Martelly, indiquent ces organisations.

Cette lutte des masses doit aussi continuer pour favoriser la mise en place d’un « comité de vigilance patriotique » dans les quartiers, ainsi que des élections générales anticipées dans de bonnes conditions.

« Engageons-nous pour la mise sur pied d’un ‘’Front politique pour dire NON’’ à toutes formes de pouvoir de facto, à la tutelle-occupation économique, politique, sociale et idéologique des puissances étrangères », écrivent-elles.

Toutes les luttes prônées doivent conduire à un projet politique alternatif, soutenu par un modèle de développement écologique, humaniste et socialiste, qui garantisse la souveraineté du pays, expliquent les 5 organisations politiques.

Le week-end écoulé, le président Michel Martelly a introduit Evans Paul comme nouveau chef de gouvernement, en remplacement de Laurent Salvador Lamothe.

Le nouveau gouvernement, constitué de 21 ministres et de 16 secrétaires d’Etat(dont seulement 6 femmes), est entré en fonction dans la soirée du 19 janvier 2015. Il a eu son baptême de feu, le lendemain 20 janvier 2015, avec une manifestation, déroulée sans incident dans les rues de la capitale, de l’opposition qui réclame le départ de l’équipe au pouvoir.

Le nouveau gouvernement Evans Paul a pour principale tâche de favoriser les élections pour tous les postes électifs, sauf 10 au Sénat, dans un contexte de dysfonctionnement du pouvoir législatif et de contestations de rues.

Lors de la manifestation du 20 janvier, le local du parti Fusion des sociaux-démocrates haïtiens, qui est bien représenté au sein de la nouvelle équipe Martelly-Paul, a essuyé des tirs d’armes à feu. [kft rc apr 21/01/2015 12:00]