Dépêches

Haïti : 1 mort et 2 blessés par balles dans de nouvelles manifestations anti-Martelly à Port-au-Prince

La Minustah est intervenue le 12 décembre pour disperser les protestataires au Champ de Mars
lundi 15 décembre 2014

P-au-P, 15 déc. 2014 [AlterPresse] --- Une personne a été tuée par balle, le samedi 13 décembre 2014, dans des circonstances non encore éclairiciees, tandis que se déroulait une manifestation anti-Martelly dans la capitale haïtienne à Port-au-Prince.

La veille, le vendredi 12 décembre 2014, 2 personnes ont été blessées par balles et conduites à l’hôpital, au cours de la manifestation hostile au gouvernement, violemment dispersée près du Champ de Mars (principale place publique de la apitale, où se trouvent les ruines du palais national) à coups de gaz lacrymogènes et de tirs nourris, notamment par des agents de la Mission des Nations unies de stabilisation en Haïti (Minustah).

Selon certaines informations, les manifestants auraient lancé plusieurs pierres en direction des agents de la Minustah, provoquant ainsi la riposte par plusieurs bonbonnes de gaz lacrymogènes sur les manifestants.

C’est la première fois, depuis plusieurs mois, que des agents de la Minustah s’interposent dans une manifestation antigouvernementale.

Démarrée devant les ruines de l’église (catholique romaine) de Saint-Jean Bosco, la manifestation, encadrée par des agents du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (Cimo), a parcouru plusieurs quartiers populaires, avant d’échouer à quelques mètres des ruines du palais présidentiel, au Champ de Mars.

Evalués à plusieurs milliers, les manifestantes et manifestants n’ont pas été tendres envers le président Michel Martelly, envers qui ils ont eu des propos hostiles.

« Martelly a pu organiser six carnavals, alors qu’il ne peut même pas organiser une élection dans le pays depuis plus de trois ans », indique un manifestant.

Les deux dernières manifestations, des vendredi 12 et samedi 13 décembre 2014, entrent dans le cadre de la vaste mobilisation de l’opposition politique, pour pousser au départ de Martelly et de son premier ministre Laurent Salvador Lamothe, malgré la libération récente de plusieurs prisonniers politiques.

Le départ de Laurent Lamothe figure parmi les recommandations de la commission consultative présidentielle, chargée de résoudre la crise pré-électorale.

Les manifestants rejettent, d’un revers de main, le rapport de la commission, jugé superficiel pour résoudre la crise actuelle.

Les manifestants ont souligné les noms de quelques personnalités qui supporteraient le gouvernement de Laurent Lamothe, telles que l’ambassadrice américaine Pamela White et l’ex-président William Jefferson (Bill) Clinton.

Clinton s’est prononcé, la semaine dernière, contre la démission de Laurent Lamothe. [jep kft rc apr 15/12/2014 0:50]