Dépêches

Haïti-Recherche : Convention franco-haïtienne sur la surveillance environnementale via Satellite


mardi 18 novembre 2014

P-au-P, 18 nov. 2014 [AlterPresse] --- En présence d’officiels du gouvernement haïtien, de la diplomatie française, de professeurs haïtiens et français, le recteur de l’université d’Etat d’Haïti (Ueh), Jean Vernet Henry, et le président de l’Institut (français) de recherche pour le développement (Ird), Michel Laurent, ont paraphé, ce 17 novembre, une convention portant sur la surveillance de l’environnement assistée par satellite en Haïti (Seas-Haïti).

« Mise en œuvre opérationnelle d’une plateforme technologique de réception directe des images satellitaires pour la recherche, la formation, l’innovation et le développement durable ; création d’un centre de compétence en télédetection pour la gestion durable de l’environnement en Haïti et dans la Caraïbe » sont les objectifs principaux de ce projet qu’Henry qualifie de « cap important dans l’histoire ».

Le Centre de télédétection spatiale sera installé sur le campus Henry Christophe de Limonade (nord) de l’Ueh. Il recevra des images de divers satellites susceptibles d’aider à l’évaluation de la déforestation, la prévision météorologique, la réalisation de cartes épidémiologiques à temps, la cartographie des zones vulnérables, l’aménagement du territoire, etc.

L’accès aux données collectées sera gratuit aux chercheurs et aux institutions publiques.

Laurent informe que l’Ird, en tant qu’ « établissement public français de recherche » a un rôle d’opérateur dans le projet.

Des équipes de recherches pluridisciplinaires composées d’Haïtiens et d’étrangers constitueront une « unité mixte de recherche (Umr) » pour une exploitation efficace des images satellitaires.

« Des formations spécifiques seront proposées aux chercheurs haïtiens, et des programmes régionaux de recherche et d’applications pilotes seront mis en place », informent les partenaires.

Selon le recteur de l’Ueh « 4 partenaires avec des rôles différents mais complémentaires » sont impliqués : l’Ueh (via ses facultés d’Agronomie et des Sciences, son école normale supérieure, la coordination du campus Henry Christophe) ; l’Ird ; la commission interministérielle d’aménagement du territoire (Ciat) et le Centre national de l’information géospatiale (Cngis).

« Ce pas géant », selon Jean Marie Théodate président du conseil provisoire de gestion du campus Henry Christophe de Limonade, « replace Haïti dans une cartographie scientifique et technologique au lieu d’une cartographie de la misère et de la douleur ». [efd kft gp apr 18/11/2014 00:20]