Dépêches

Haïti-Politique : L’audition de Godson Orélus et du haut état-major de la Pnh, reportée au 5 novembre 2014


jeudi 30 octobre 2014

P-au-P, 30 oct. 2014 [AlterPresse] --- La commission justice et sécurité du sénat de la république a reporté, au mercredi 5 novembre 2014, l’audition du directeur général de la Police Nationale d’Haïti (Pnh), Godson Orélus, ainsi que d’autres hauts gradés de la Pnh, en raison de l’état de santé du principal dirigeant de l’institution policière et de l’absence de son haut état-major à la convocation du 28 octobre 2014, apprend AlterPresse.

Ces hauts fonctionnaires ont été convoqués par la commission, dans la perspective de fournir des explications autour de la recrudescence de l’insécurité dans le pays et, surtout, d’éclaircir le comportement affiché par les policiers nationaux, lors de récentes manifestations de l’opposition politique.

Une demande de report avait déjà été formulée, le jeudi 23 octobre 2014, par Godson Orélus, sur la base de « dossiers » qui le retenaient au bureau.

« Godson Orélus n’était pas venu avec l’intention de répondre à nos questions » critique le sénateur Westner Polycarpe, l’un des farouches opposants au pouvoir en place.

C’est un Godson Orélus, visiblement stressé, qui s’est presenté à l’audition du mardi 28 octobre 2014.

Polycarpe continue, lui, de critiquer l’utilisation de gaz lacrymogènes par les policiers nationaux. Gaz, qui seraient, à long terme, cancérigènes, selon lui.

Le sénateur s’est aussi emporté concernant les jets de bonbonnes de gaz en direction du sénateur Jean-Charles Moïse, lors de la manifestation du vendredi 17 octobre 2014, qu’il qualifie de tentative d’assassinat.

A l’audition du 28 octobre 2014, le sénateur Moïse s’est montré très remonté contre le directeur général de la Pnh, malgré les tentatives de son collègue, Francky Exius, de le calmer en vue d’apaiser son ton un tantinet agressif.

Godson Orélus n’a montré aucun signe de regret par rapport au comportement des policiers à l’égard du sénateur Moïse, déplore le sénateur Polycarpe.

Au contraire, Orélus s’est montré même offusqué, au point de dire que tant qu’il y aura des actions de « désordre » (des troubles à l’ordre public), les policiers nationaux lanceront des gaz lacrymogènes en direction des manifestants, rapporte le sénateur.

« Cela témoigne que la Police nationale d’Haïti (Pnh) n’est seulement pas politisée, mais elle est devenue une milice gouvernementale, entre les mains du président Michel Martelly », critique Polycarpe.

Le Sénateur Francky Exius, président de la commission permanente justice et sécurité au sénat de la république, a, une nouvelle fois, exhorté le commandant en chef de la police à prendre toutes les mesures qui s’imposent, afin d’empêcher l’effritement de l’image, déjà fragile, de l’institution policière.

Godson Orélus et ses hommes passeront un nouveau test avec la nouvelle manifestation de l’opposition, prévue ce jeudi 30 octobre 2014. [jep kft rc apr 30/10/2014 1:25]