Perspectives

Haïti-Education : Les syndicats enseignants, perplexes par rapport à l’applicabilité des mesures du Menfp


mardi 19 août 2014

P-au-P, 19 août 2014 [AlterPresse] --- Plusieurs syndicats d’enseignants partagent leurs inquiétudes par rapport à l’applicabilité des 12 dispositions [1], annoncées par le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp), à quelques semaines de l’ouverture officielle de l’année académique 2014-2015.

Le Menfp a annoncé ces mesures dans la perspective de redresser le niveau du système éducatif, suite aux résultats, jugés catastrophiques et enregistrés lors des récents examens officiels (juin et juillet 2014) de 6 e et de 9e années fondamentales, ainsi que de rhéto et de philo.

La seule inquiétude réside dans la question de savoir est-ce que le Menfp aura les moyens et le budget adéquats, pour mettre en œuvre ces mesures, parce que tout ce qui va accompagner ces mesures exigerait des ressources humaines et matérielles, signale à AlterPresse la secrétaire générale de la Confédération des enseignantes et enseignants haïtiens (Cneh), Lourdes Edith Joseph Delouis.

« Le plus souvent, ce sont les institutions étatiques qui sabotent leurs propres mesures », rappelle la Cneh, soulignant combien le problème des échecs scolaires se situe à la base.

« C’est un problème de base, un problème de gouvernance, un problème d’enseignement-apprentissage, parce que les écoles pullulent de n’importe quelle manière dans le pays, sans aucune norme. Les programmes ne sont pas appliqués, les professeurs ne sont pas formés, ni encadrés ».

Abondant dans le même sens, Josué Mérilien, le coordonnateur de l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh), demande à « l’Etat haïtien de mettre en place des moyens pour assurer la formation des professeurs... pour que ces mesures soient effectives ».

Il faut également une réflexion approfondie pour aboutir à une véritable réforme de l’éducation en Haïti.

La réalité scolaire académique s’est détériorée, devenant même chaotique, à l’analyse des données fournies par le Menfp, pour l’année académique 2013-2014, et relatives, notamment, aux résultats des examens officiels.

417 écoles, recensées à l’échelle nationale, ont eu 0 admis en 7e année fondamentale (Af), 80 écoles sont en-dessous de 10% d’admises et d’admis, tandis que 800 autres écoles sont en-dessous de 20% d’admises et d’admis en 7e Af.

Près de 25% des élèves de la 6e année fondamentale et 28% des élèves de 9e année fondamentale ont échoué aux examens nationaux.

Le tableau au niveau du secondaire est beaucoup plus alarmant, puisque 70% des élèves en baccalauréat 1re partie (Bac I) et 50% en baccalauréat 2e partie (Bac II) n’ont pas réussi aux examens officiels 2014. [jep kft rc apr 19/08/2014 11:00]

[1Les 12 mesures prises par le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) :

1. Pour l’année académique 2014-2015, l’accès en salle de classe sera conditionné par la détention d’un permis d’enseigner. Ce permis provisoire d’enseigner (Ppe) sera valable pour deux ans.

2. Tous les établissements doivent être munis d’une « Carte d’identité d’établissement ».

3. L’évaluation des apprentissages en fin de 6e année fondamentale est assurée par les établissements scolaires à partir de l’année scolaire 2014-2015. Le Menfp organise des évaluations nationales ciblées, à partir de la 4e année fondamentale sur les disciplines de base.

4. Les établissements scolaires du secondaire organisent l’évaluation des élèves de la classe de première (communément appelée classe de rhéto) à partir de l’année scolaire 2014-2015. Le Menfp organise pour la dernière année du secondaire une évaluation officielle unique de fin d’études secondaires.

5. Les lycées de la République assureront désormais et uniquement des enseignements du niveau secondaire. Les enseignements des 1er, 2e et 3e cycles du fondamental sont dispensés dans des établissements d’enseignement fondamental.

6. Les établissements publics et les écoles subventionnées, dont le taux de réussite aux examens officiels est inférieur ou égal à 20%, sont automatiquement placés sous la surveillance d’un comité de gestion provisoire, chargé de les aider pendant deux années consécutives en accompagnant le directeur et les enseignants à améliorer le niveau de rendement scolaire des élèves.

7. Dans le cadre du Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (Psugo), seules les écoles publiques sont autorisées (sauf dérogation formelle du Menfp) à accueillir la nouvelle cohorte en première année fondamentale 2014-2015. Les enfants, déjà en cours de scolarisation à travers le Psugo, poursuivent normalement leur parcours d’études.

8. En conformité avec le décret du 11 septembre 1974 portant sur l’ouverture d’une école privée, aucun nouvel établissement d’enseignement n’est autorisé à ouvrir ses portes, à compter de l’année académique 2014-2015, sans autorisation, préalable du Menfp. Cette disposition est d’application stricte et immédiate.

9. Tous les enseignants émargeant au budget du Menfp et éligibles à la pension civile sont invités à faire valoir leur droit à la retraite, conformément aux lois en vigueur régissant la matière (âge et nombre d’années de service).

10. Après une année de stage, les diplômés des Écoles normales supérieures (Ens), Écoles normales d’instituteurs (Eni), des centres de Formation initiale accélérée (Fia), du Centre de formation pour l’école fondamentale (Cfef) et des institutions spécialisées en sciences de l’éducation ont la priorité lors de tout nouveau recrutement d’enseignants.

11. Conjointement avec le Ministère de la santé publique et de la population (Mspp), le Menfp organise annuellement une campagne de vaccination dès l’ouverture des classes au profit des élèves.

12. À la fin de l’année scolaire, un dispositif de récompenses est mis en place afin de reconnaître pour chaque Département d’éducation, les établissements scolaires, les inspecteurs de district et de zone, les directeurs d’école, les enseignants et les élèves les plus performants. De ces groupes départementaux, est extraite une liste de ceux qui sont distingués au plan national.