HaitiWebdo

HaitiWebdo, Semaine du lundi 7 au lundi 14 juillet 2014

Haïti – Conjoncture : Persistance des différends, en dépit d’apparentes avancées


mardi 15 juillet 2014

P-au-P, 15 juil. 2014 [AlterPresse] --- En dépit de certaines avancées, le chemin vers les élections reste encore encombré, à cause des mésententes entre les protagonistes politiques, dans un contexte social tatoué de nombreux cas d’insécurité (par balles), observe l’agence en ligne AlterPresse.

Le Cspj choisit son représentant au Cep, mais…

Après une légère discorde - entre le président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (Cspj), Anel Alexis Joseph, et les autres membres du Conseil - sur la désignation de leur représentant au Conseil électoral provisoire (Cep), tout le Cspj s’accorde à élire Yolette Mengual, en substitution à Carole Floréal Duclervil.

Cette démarche marque un apparent progrès, dans le processus.

Cependant, la personnalité désignée reste contestée par les élus et politiques de l’opposition, qui identifient Yolette Mengual à une éventuelle auxiliaire de l’exécutif.

Son nom circulait, depuis plusieurs mois, dans les avenues du régime en place, comme possible futur membre de l’organisme électoral.

Quatre des 9 représentants des 3 pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) n’ont pas encore prêté serment.

Il s’agit de Max Mathurin (à peine choisi) et de Néhémy Joseph, représentants du Parlement, de Léopold Berlanger et de Yolette Mengual (fraîchement choisie) pour le Cspj.

Néhémy Joseph n’avait pas prêté serment, attendant sa reconduction officielle par le Parlement, avec le remaniement opéré au sein de l’appareil électoral. Léopold Berlanger lui avait apporté son plein appui.

Fonctionnant, jusqu’à présent, avec 7 membres, majoritairement proches de l’exécutif, le Cep (tronqué) et ses récentes décisions sont rejetés en bloc par le président du sénat, Dieusseul Simon Desras.

Entre-temps, ldes amendements à la loi électorale ne sont pas encore votés, dans une ambiance d’opposition persistante de certains sénateurs.

Ban Ki-moon en visite en Haïti

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu), le Sud-coréen Ban Ki-moon, a entamé une visite de 48 heures dans le pays, à partir du lundi 14 juillet 2014.

Il s’est entretenu avec des autorités haïtiennes, particulièrement le président Michel Martelly et le premier ministre Laurent Lamothe.

La visite de Ban Ki-moon donne l’occasion de constater un accord des notes, entre l’État haïtien et les Nations unies, sur des points actuels : choléra, élections et départ de la Mission des Nations unies de stabilisation en Haïti (Minustah).

La demande de dédommagement des victimes du choléra se trouve noyée, dans un combat commun, entre les autorités nationales et l’Onu, pour l’éradiquer.

Quant aux élections, Martelly est salué pour son « engagement ».

Le parlement est, une nouvelle fois, pointé, relativement aux amendements, non encore votés, de la loi électorale.

En ce qui concerne le retrait de la mission onusienne d’Haïti, constamment demandé par des organisations sociales et de défense des droits humains, il doit être « ordonné », soutient Martelly.

Une approche, semblable à la vision onusienne !

Bruit de démission de la ministre de l’économie

Au début de la semaine du 7 juillet 2014, les rumeurs d’une éventuelle démission de la ministre (sans décharge) de l’économie et des finances (Mef), Marie Carmelle Jean-Marie, agitent les réseaux sociaux.

Rumeurs, vite démenties par la coordination de communication du bureau du premier ministre.

A la place de la titulaire au Mef, c’est le secrétaire d’État à l’économie, Alfred Métellus, qui est officiellement remercié par Lamothe, avec l’approbation de Martelly.

Aucune explication n’a été donnée sur la mise à pied de Métellus.

Des jeunes, abattus par balles à Carrefour

Quatre jeunes hommes, âgés entre 20 et 26 ans, ont été tués par balles dans la municipalité de Carrefour (sud de Port-au-Prince).

Aucun présumé auteur du forfait n’est encore identifié.

La police nationale d’Haïti (Pnh) annonce, toutefois, avoir lancé une opération dans la municipalité de Carrefour, en vue de freiner les actes de banditisme enregistrés.

Célébration des obsèques d’Osner Févry Jr

Les funérailles d’Osner Févry Jr, fils de l’avocat et politique Osner Févry, ont été chantées le samedi 12 juillet 2014 à Delmas (municipalité au nord-est de Port-au-Prince).

Atteint d’une balle à la tête, le corps du jeune homme, âgé de 34 ans, a été retrouvé dans la soirée du mardi 1er juillet 2014, soit 48 heures après sa disparition.

La thèse de suicide, initialement évoquée dans l’opinion, a été écartée par le père, également criminologue.

Osner Févry déclare que son fils aîné aurait été brutalisé avant de mourir. [srh kft rc apr 15/07/2014 12:25]