HaitiWebdo

HaitiWebdo, Semaine du dimanche 16 au samedi 22 mars 2014

Haïti-Conjoncture : Au rendez-vous de la création culturelle et des controverses politiques


mercredi 26 mars 2014

P-au-P, 26 mars 2014 [AlterPresse] --- Elles étaient plus d’une trentaine d’associations et d’organisations, intervenant dans le domaine de la culture, à exposer leurs œuvres ou présenter des performances dans le cadre de la clôture d’un projet de financement de créations artistiques baptisé Fil Culture, le samedi 22 mars 2014, dans un contexte d’incertitudes politiques suscitées par l’accord d’El Rancho paraphé le vendredi 14 mars.

Culture

De l’imaginaire à la réalité matérielle

Des pots en argile, des masques en papier mâché, de la danse folklorique, du théâtre, des expositions de photos d’exploration des grottes haïtiennes, d’ouvrages de promotion de la culture, des prestations musicales de jeunes musiciens, ponctuées d’un zeste de rara et de troubadour, entre autres, ont rythmé la journée du samedi 22 mars au Parc historique Canne-à-sucre (au nord-est de la capitale).

Ces œuvres sont, pour la majorité, réalisées sur un intervalle de 3 années (de 2011 à 2014), dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de financement post-séisme, appelé Fil Culture.

C’est une initiative de la Fondation Culture Création (Fcc).

Politique

Un accord qui trouble

C’est d’abord au parlement que l’entente - entre les partis politiques, l’exécutif et le parlement - suscite des contradictions.

Le sénateur Steven Benoît, qui avait signé pour le grand Corps, en l’absence du président de l’assemblée Dieusseul Simon Desras, affirme « regretter » d’avoir apposé sa signature en-dessous de l’accord, et le considerer comme une « erreur ».

Le principal point de tension reste l’article 12 du document de l’accord, qui permet au Conseil électoral provisoire de passer outre les articles de la loi électorale qui bloqueraient le processus, en cas où le Parlement n’aurait pas pu amender celle-ci dans un délai de 10 jours (arrêté par l’article 8).

Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Carlos Hercule, exprime également ses préoccupations par rapport à cet article qui sape les fondements du corpus juridique haïtien, soutenant « que seul un texte de loi peut abroger un autre ».

La volonté de ces 3 parties (présidence, partis politiques et parlement) ne devrait pas faire cette « entorse à la Constitution », estime Hercule, qui appelle à une reprise du dialogue pour éliminer ou modifier cet article, dans une perspective de respect constitutionnel.

Le président de la chambre des députés, Jacques Stevenson Thimoléon, dit avoir des réserves par rapport à l’accord, bien qu’il l’ait signé.

Nouvelle demande de mise en accusation du président Martelly

Le président de la chambre des députés, Jacques Thimoléon, revient avec la demande de mise en accusation de certains responsables de l’État, particulièrement le président Michel Martelly, le premier ministre Laurent Lamothe et le ministre de la justice Jean Renel Sanon.

Cette demande est liée à la mort suspecte, en juillet 2013, du juge Jean Serge Joseph, qui enquêtait sur une plainte contre la famille présidentielle pour corruption.

Le juge aurait subi des menaces de l’actuelle administration politique, quelques heures avant sa mort d’un accident vasculaire cérébral, suivant les conclusions des enquêtes conduites par des commissions parlementaires.

Toutefois, des questions demeurent sur la nouvelle demande du député Thimoléon, qui, jusque-là, est connu comme membre du bloc Parlementaire pour la stabilité politique (Psp), regroupement de députés proches de l’exécutif.

Élections, l’Ue annonce un don de 6 millions d’euros

La délégation de l’Union Européenne (Ue) en Haïti et le programme des Nations unies pour le développement (Pnud) ont paraphé un accord de 6 millions d’euros (US $ 1.00 = 45.00 gourdes ; 1 euro = 65.00 gourdes aujourd’hui), qui devront servir à financer le prochain scrutin, annoncé pour le 26 octobre 2014.

« Il est tout-à-fait logique de supporter le processus électoral en Haïti », fait savoir Javier Nino Perez, chef de la délégation de l’Ue, au moment de la signature.

Droits humains

Appel au dédommagement des victimes du Kidnapping

Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) appelle les autorités de l’État à restituer aux victimes du kidnapping, en particulier celles du « gang galil », leur argent, dans son dernier rapport sur la situation des droits humains dans le pays.

Le Rnddh souhaite le démantèlement total de ce regroupement de kidnappeurs et de narcotrafiquants, dont le chef, Woodly Éthéard , ‘’dit Sonson la famillia’’, est un proche du chef de l’État Michel Martelly.

Woodly Éthéard a fui sa maison, au moment où la police allait procéder à son arrestation. Il est copropriétaire d’un restaurant avec le frère de l’épouse du président, Sophia Saint-Rémy Martelly.

Colette Lespinasse reçoit le prix Femme de Courage Haïti 2014

L’ancienne coordonnatrice de la plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et refugiés (Garr), Colette Lespinasse, a reçu, en présence de toutes les précédentes femmes primées, le prix femme de courage Haïti 2014 de l’ambassade américaine.

Colette Lespinasse a reçu ce prix pour son dévouement dans la lutte pour le respect des droits des migrantes et migrants haïtiens en République Dominicaine.

Cette décoration arrive, dans un contexte où les Haïtiens continuent d’être tués dans certaines localités de la République Dominicaine et où une sentence, adoptée le 23 septembre 2013 par la cour constitutionnelle dominicaine, décide de dénationaliser plusieurs milliers de Dominicaines et de Dominicains d’ascendance étrangère, pour la plupart d’ascendance haïtienne, nés sur le sol dominicain à partir de 1929. [srh kft rc apr 26/03/2014 14:25]