A travers Haiti

Haïti-Carnaval : Quelques ratés au 1er jour gras, malgré une masse de fêtards aux Gonaïves


lundi 3 mars 2014

Correspondance Exalus Mergenat

Gonaïves, 03 mars 2014 [AlterPresse] --- Malgré une présence nombreuse de milliers de carnavalières et carnavaliers, des ratés ont été enregistrés au premier jour gras, le dimanche 2 mars 2014, du défilé carnavalesque délocalisé aux Gonaïves, à 171 km au nord de la capitale, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

En plus du retard constaté dans la mise en branle du cortège, la prestation des groupes masqués et bandes à pied a été diluée au sein de la foule de personnes non déguisées, qui ont rétréci l’espace des performances attendues. Les couleurs exubérantes n’ont pas été rendues évidentes tout au long du parcours.

Parmi les chars allégoriques, ont été remarqués : celui de la présidence, décoré sous forme d’illustration de l’acte de l’indépendance (qui a été rédigé aux Gonaïves en 1804) ; le char dit de la femme du président (Sophia Saint-Rémy) qui voulait sensibiliser sur les relations sexuelles sécuritaires par l’utilisation de préservatifs ; le char du ministère du tourisme, qui entend promouvoir les sites historiques, notamment les lakous sacrés et les objets mythiques du vodou) ; le char du ministère de l’agriculture, insistant sur l’élevage et les produits locaux (œufs, poissons, entre autres).

15 des 18 chars musicaux retenus ont fait le parcours prévu, excepté que l’un d’entre eux a été confronté à des difficultés techniques.

Évidemment absents au défilé carnavalesque 2014 aux Gonaïves, les groupes contestataires (Brother’s Posse, Kanpèch...) censurés par Martelly.

Quoi qu’il en soit, des dizaines de milliers de personnes se sont défoulées dans une ambiance frénétique et survoltée.

6:00 pm (23:00 gmt), ce dimanche 2 mars 2014, les festivités carnavalesques débutent avec les mascarades.

Munies soit d’un balai, soit d’un « laye » (un van, très utilisé dans la plupart des familles en Haïti) contenant du sel marin, plusieurs jeunes filles ont défilé et dansé sur le parcours pour divertir les carnavalières et carnavaliers.

Aux côtés de ces femmes, des hommes, munis de houes et d’autres outils agricoles, ont aussi dansé et défilé pour rappeler combien l’agriculture est une activité prioritaire dans le département de l’Artibonite.

Des bandes de raras, venant de plusieurs communes de l’Artibonite, ont aussi créé l’animation à travers les rues des Gonaives.

L’ambiance battait son plein, la joie illuminait les visages des fêtards.

Entre-temps, sur la place Alexandre Pétion à Descahos, quartier sud de la ville, point de départ pour les défilés, ont été massés des milliers d’autres gens, qui attendaient impatiemment l’arrivée des chars musicaux devant sortir du parc Sténio Vincent, le terrain de football des Gonaives où ils étaient garés.

Dans l’intervalle, l’ancien président du compas, Joseph Michel Martelly (président de la république depuis le 14 mai 2011), a fait son apparition.

Entouré de ses gardes du corps très brutaux, Martelly a sillonné le parcours de 1.8 km, en marchant de la place Pétion jusqu’à son stand érigé au rond point du centre-ville, en face du commissariat de police des Gonaives, alors que des feux d’artifices explosent et illuminent le ciel de la cité de l’indépendance.

8:30 pm exactement (1:30 gmt le lundi 3 mars 2014), arrive le premier char musical : il s’agit de l’ancienne formation musicale des Gonaives, Symbie Xtra (SX), qui ouvre l’ambiance musicale du premier jour gras, sous les signaux du président du comité national du carnaval, Grégory Saba.

Ce représentant du secteur privé, au sein dudit comité, a la charge de contrôler la distance des chars musicaux pour éviter la cacophonie (la guerre des décibels).

« Pour un début, j’estime que la performance de Symbie Xtra, qui a joué sur tout le parcours, n’est pas mauvaise », exprime un carnavalier interrogé par AlterPresse.

La présence du lead vocal et band leader de Disip, Gazman Pierre, natif des Gonaives - qui a prêté sa voix à la meringue Bouwèt de Sy,mbie n’a pas été remarquée sur le char.

La deuxième formation musicale, sur le parcours, est Team Lòbèy, lequel groupe n’a pas fait danser complètement ses fans. Suite à des difficultés techniques dans son système de sonorisation, Team Lòbèy a terminé silencieusement le parcours.

A l’image de Team Lòbèy, le groupe Chachou boys des Gonaïves n’a pas eu la possibilité de faire un quart du parcours, vu l’heure avancée de la nuit (2 :00 am).

L’ambiance a, tout de même, atteint un paroxysme avec les grands ténors du carnaval, comme Kreyòl la, T-vice, Djakout numéro 1, qui ont fait trémousser les carnavalières et carnavaliers.

Étaient également présents le groupe Konpa - nouveau nom de la formation du député chanteur, Gracia Delva - ainsi que les frères Olivier et Sandro Martelly, qui ont performé sur un même char musical, avec la participation de Jean Adler Gaston alias Top Adlerman.

Le chanteur de Klass, Ederse Stanis dit Pipo, originaire de Desdunes, était, lui, sur le char de Kreyòl la de Joseph Zenny dit Ti Djo.

Aucun incident grave n’a été signalé par les autorités policières. [em rc apr 03/03/2014 8:00]