Dépêches

Haïti-Football D1 : La Fhf s’entête, 5 clubs contestent encore, la Fifa hausse le ton


mardi 25 février 2014

P-au-P, 25 févr. 2014 [AlterPresse] --- Le secrétaire général de la Fédération internationale de football association (Fifa), le Français Jérôme Valcke, a menacé, le lundi 24 février 2014, de sanctionner le football haïtien et de suspendre la Fédération haïtienne de football (Fhf), en cas d’ingérence du ministère de la jeunesse, des sports et de l’action civique (Mjsac), apprend AlterPresse.

Valcke a adressé une lettre au président de la Fhf, Yves Jean-Bart, en ce qui concerne la crise qui gangrène le sport-roi en Haïti.

Cette lettre d’avertissement survient environ 72 heures après la lettre de la titulaire du Mjsac, Magalie Adolphe Racine, le vendredi 21 février 2014, à Yves Jean-Bart, en vue de sursoir à l’ouverture du championnat « national professionnel Digicel ».

Une décision, que le président de la Fhf a visiblement rejetée en faisant démarrer le championnat D1 avec 11 équipes.

Cinq (5) clubs continuent de refuser de participer dans le championnat, que la Fhf souhaite voir se dérouler avec 16 équipes cette saison.

Trois matches n’ont, pour cela, pas pu se dérouler à la première journée. La situation demeure, ainsi, critique.

Cinq équipes des 6 protestataires, Football interclub association (Fica), Association sportive Capoise (Asc), Racing Club Haïtien, Valencia Fc et Victory Fc ont brillé par leur absence au cours de la première journée.

Affichant une position semblable à celle de ces clubs, l’un des membres de la Fhf, Mackenzie Roger, affirme qu’on ne peut prendre aucune sanction contre eux.

Il dit aussi s’étonner que le sponsor du championnat n’ait, jusqu’ici, pas réagi.

« Le président Yves Jean-Bart associe son nom à une ligue professionnelle qui n’existe pas, et qui est vouée à l’échec », critique-t-il.

« Une ligue professionnelle sous-entend que tout le personnel des équipes, en passant par les entraîneurs et cadres techniques, et les joueurs, sont des gens qui ont un salaire. Parce que ligue professionnelle veut dire entreprise, à ce moment le club doit faire un dépôt de son bilan à la Direction générale des impôts (Dgi), pour regarder ses dépenses et ses entrées. Mais, j’ignore si tel a été le cas pour les clubs actuels », explique Mackenzie Roger, membre de la fédération.

A en croire les témoignages de Roger, la population n’a pas fait le déplacement pour assister aux différents matches de la première journée programmée, notamment à Saint-Marc, où seulement 40 personnes ont fait le déplacement.

Il en a été, de même, pour Petit-Goâve (Ouest), où un match a été littéralement boudé par le public à la première journée.

Au stade Sylvio Cator, à Port-au-Prince, un match opposant le Don Bosco de Pétionville et l’équipe de Cavaly de Léogane n’a pas, non plus, réuni beaucoup de spectatrices et spectateurs. [jep kft rc apr 25/02/2014 11:20]