A travers Haiti

Haïti-Séisme/4 ans : La reconstruction du palais national n’est pas une priorité, selon la présidence


vendredi 10 janvier 2014

Correspondance Exalus Mergenat

Gonaïves, 10 janv. 2014 [AlterPresse] --- La reconstruction du palais national, détruit lors du séisme du 12 janvier 2010, n’est pas la priorité dans le cadre des projets de reconstruction de bâtiments publics, apprend AlterPresse auprès du porte-parole de la présidence, Lucien Jura.

La reconstruction du palais national est estimée à 100 millions de dollars américains (US $ 1.00 = 45.00 gourdes ; 1 euro = 63.00 gourdes aujourd’hui), a-t-il précisé, lors d’une rencontre avec des journalistes de l’Artibonite.

Ce coût élevé serait à la base des réticences de l’administration actuelle.

« Il y a beaucoup d’autres problèmes plus importants qui doivent être adressés. C’est vrai que le palais est un symbole national d’une portée extraordinaire, mais il s’agit de cent millions de dollars pour un pays comme le nôtre. Le président (Joseph Michel) Martelly a jugé qu’avec cent millions de dollars, beaucoup d’autres projets pouvaient être réalisés dans l’intérêt de la population. C’est un choix du chef de l’État », explique-t-il.

A date, l’idée est de reconstruire le palais suivant l’architecture préalable à sa destruction.

Mais, ce serait un bâtiment beaucoup plus administratif que cérémonial, ajoute Jura, incapable, cependant, d’avancer une date de démarrage des travaux.

La rencontre avec les journalistes de l’Artibonite visait à informer sur les réalisations du pouvoir en place.

Débutée avec plus de trois heures de retard, elle s’est déroulée sans la présence de plusieurs journalistes de Saint-Marc, de Marchand Dessalines, de L’Estère et d’autres communes du bas Artibonite qui sont repartis mécontents du non-respect de l’horaire fixé.

Le délégué départemental de l’Artibonite, Jean Michel Auguste, l’agent exécutif intérimaire principal des Gonaives, Steven Saint-Fleur, les vices délégués de Dessalines et de Saint-Marc, Wadner Joseph et Carl Henri Bien-Aîmé, étaient présents.

Une rencontre similaire a déjà eu lieu avec les journalistes du Sud, du Sud-Est, des Nippes (une partie du Sud-Ouest) et du Centre. Le gouvernement entend répéter cette opération de communication dans le Nord. [em kft rc apr 10/01/2014 14:30]