Dépêches

16 décembre 1990-16 décembre 2013

Haïti-Manifestation : 23 ans après la concertation multisectorielle, Fanmi Lavalas entre division et confusion


lundi 16 décembre 2013

P-au-P, 16 déc. 2013 [AlterPresse] --- La commémoration du 23e anniversaire de l’élection, ayant porté au pouvoir, pour la première fois en 1990, l’ancien prêtre défroqué Jean Bertrand Aristide, s’est terminée, ce lundi 16 décembre 2013, dans les enceintes du parti Fanmi Lavalas, sous le signe de la division et de la confusion, selon les informations obtenues par AlterPresse.

Après une marche - des ruines de l’église Saint Jean Bosco, au bas de la capitale, ou Aristide fut curé, à Tabarre (municipalité au nord-est de Port-au-prince) -, des sympathisants se sont rendus à la Fondation Jean Bertrand Aristide.

La porte-parole du parti, Dre. Maryse Narcisse, n’a toutefois pas réussi à prendre la parole, empêchée par des individus affichant leur soutien au sénateur Jean Charles Moise.

Celui-ci ainsi que le député Arnel Belizaire ne sont pas autorisés à prendre la parole au nom de Fanmi Lavalass, selon une note rendue publique, le lundi 2 décembre 2013, après une manifestation Lavalas qui a failli aboutir devant l’ambassade des États-Unis d’Amérique à Tabarre.

Depuis, les querelles au sein du parti, déjà flagrantes après le second exil d’Aristide en 2004, se sont ravivées.

L’illustration de cette situation a été donnée, ce lundi 16 décembre 2013, lorsque des sympathisants ont pratiquement réduit Maryse Narcisse au silence en scandant les noms de Jean-Charles Moise et de Arnel Belizaire.

Actuellement au Brésil, le sénateur Jean-Charles Moise a octroyé à l’ex-président Jean-Bertrand Aristide un délai de 15 jours francs (à partir du 3 décembre 2013) pour se positionner par rapport à l’interdiction (de prendre la parole au nom du parti) faite à lui et à Bélizaire.

Vu le vent de division qui plane sur le parti, les membres du regroupement dénommé Force patriotique pour le respect de la constitution (Fopark en Créole ) n’ont pas pris part à la manifestation du 16 décembre 2013, déclare à AlterPresse Rony Timothée, l’un des dirigeants de Fopark.

La manifestation, de quelques centaines de partisans d’Aristide, a principalement servi à lancer des slogans hostiles contre le président Michel Martelly.

Aucun des membres du directoire du parti Fanmi lavalas n’a été remarqué lors de cette mobilisation symbolique. [jep kft rc apr 16/12/2013 15:20]