Dépêches

Haïti-MINUSTAH : La mission pas encore informée officiellement de la volonté de retrait des troupes uruguayennes


mercredi 30 octobre 2013

P-au-P, 30 oct. 2013 [AlterPresse] --- La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) affirme ne pas avoir encore été informée officiellement de la volonté des autorités uruguayennes de retirer les troupes de leur pays de la force onusienne.

« Nous sommes encore en phase de planification. Il n’y a pas encore de décision officielle sur la réduction de chaque pays. Il faut attendre un petit peu. Dans la composante militaire de la MINUSTAH, nous n’avons pas encore décidé de combien l’effectif de chaque pays sera diminué », a informé le porte-parole militaire, le colonel Marcos Santos, à AlterPresse.

La décision du président uruguayen, Jose Mujica, de faire le retrait de ses troupes, a été prise le 28 octobre durant un conseil des ministres, informe la presse à Montevideo, alors que la force onusienne se trouve dans un processus de planification de la réduction de ses effectifs selon le vœu de la résolution 2119 du conseil de sécurité.

Le quotidien uruguayen El Observador rapporte que le contingent de la marine de l’Uruguay aurait même déjà laissé Haïti.

« La marine est encore ici. Sa base est aux Cayes. Il n’y a pas encore une décision sur quand ils [les militaires] laisseront le pays », rétorque le colonel Santos au téléphone à AlterPresse.

La résolution du conseil de sécurité qui a prorogé le mandat de la MINUSTAH au 15 octobre 2014 prévoit de diminuer l’effectif militaire de la mission à 5 021 soldats « à l’issue du retrait d’un nombre équilibré de militaires de l’infanterie et du génie ».

Au 3 septembre 2013, la MINUSTAH est composée de 6 220 militaires, dont 940 pour le contingent uruguayen, selon le porte-parole militaire.

La décision du président uruguayen survient peu de temps après sa rencontre avec le sénateur Jean-Charles Moïse, et le dirigeant du mouvement démocratique haïtien en Argentine, Henry Boisrolin.

Selon les déclarations de Moïse, le chef de l’Etat Mujica lui en avait fait la promesse.

A la suite de la visite de Moïse et de Boisrolin début octobre, la faculté des sciences humaines de l’Université de l’Uruguay déclare se solidariser avec le peuple haïtien et supporter la demande internationale du retrait des troupes de la MINUSTAH. [efd gp apr 30/10/2013 12:50]