Dépêches

Haïti-Presse : Le journaliste Rodrigue Lalanne, agressé par un agent de sécurité de Michel Martelly


mardi 1er octobre 2013

P-au-P, 1er oct. 2013 [AlterPresse] --- Le journaliste de la radio-télé Kiskeya, Rodrigue Lalanne, a été sévèrement molesté, ce mardi 1er octobre 2013, par un agent de sécurité du président Michel Martelly, en marge d’une cérémonie de distribution de kits scolaire à des élèves de l’école primaire République des États-Unis d’Amérique (Bois Patate, Port-au-Prince), a confirmé le confrère agressé à l’agence en ligne AlterPresse.

L’acte d’agression s’est produit quand le journaliste Rodrigue Lalanne questionnait Martelly sur la « sentence » de la cour constitutionnelle de la République Dominicaine, exigeant la dénationalisation des Dominicaines et Dominicains d’ascendance haïtienne depuis 1929.

« Un agent de sécurité s’est amené et m’a bousculé. Il m’a frappé à l’épaule droite. J’ai protesté et il m’a frappé à nouveau », indique à AlterPresse Rodrigue Lalanne.

Visiblement, l’agent de sécurité de Martelly, non identifié, n’aurait pas apprécié les interrogations du journaliste au président. Il a littéralement bousculé le confrère Rodrigue Lalanne, dans l’exercice de ses fonctions, témoignent plusieurs journalistes, sur place au moment de l’agression caractérisée contre Lalanne.

Personne ne sait si l’agent de sécurité, qui portait un costume gris, a agi de son propre gré en le ciblant violemment.

Après avoir réitéré, au président Martelly, sa question à deux reprises, Lalanne s’est vu « rabrouer » par l’agent de sécurité, qui s’est avancé en sa direction pour le frapper.

Rodrigue Lalanne compte aborder avec son avocat des suites à donner à cette agression « caractérisée », afin de prendre les mesures qui s’imposent.

Cette nouvelle agression, contre un confrère de la station privée Radio Télé Kiskeya, vient allonger la liste des attaques et autres persécutions contre les journalistes avant et après l’investiture de Michel Martelly à la présidence de la république.

C’est la énième fois que la station privée Radio Télé Kiskeya est l’objet de menaces, d’agressions directes (insultes et autres) de Martelly ou de ses agents de sécurité.

Fin septembre 2013, un journaliste du Plateau central a été agressé par les agents de sécurité de l’épouse du président, Sophia Saint-Rémy Martelly, au cours d’une activité de distribution publique. [jep rc apr 1er/10/2013 16:40]

Photo : capture d’écran à partir d’une vidéo de Télé Kiskeya