Perspectives

Haïti-Décès du juge Jean Serge Joseph : Le sénat confirme la requête de mise en accusation de Martelly et de Lamothe


mardi 24 septembre 2013

P-au-P, 24 sept. 2013 [AlterPresse] --- Par 7 voix pour, 9 abstentions et 0 contre, le sénat de la république a confirmé, ce mardi 24 septembre, une requête de la commission sénatoriale ad hoc, recommandant la mise en accusation du président Joseph Michel Martelly, du premier ministre Laurent Salvador Lamothe et du ministre de la justice Jean Renel Sanon, en relation avec la mort « suspecte » (le samedi 13 juillet 2013) du juge Jean Serge Joseph, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Le juge Joseph est décédé officiellement d’un accident vasculo-cérébral (Avc), 2 jours après avoir été « menacé », dans le cadre d’une réunion (le jeudi 11 juillet 2013) qualifiée d’ « ingérence et d’intimidation », dans les affaires judiciaires, avec ces hauts responsables de l’État.

Ainsi, dans une séance en continuation, 17 sénateurs ont-ils finalement voté, ce 24 septembre 2013, le rapport de la commission ad hoc chargée d’enquêter sur les circonstances de la mort du juge Jean serge Joseph.

Cette séance du 24 septembre est la suite de celle du 8 août 2013, dont le quorum a été infirmé par des sénateurs à la réputation proche de l’actuelle administration politique.

Les sénateurs John Joël Joseph et Steven Yrvenson Benoît (Ouest), Francky Exius (Sud), François Annick Joseph (Artibonite), Jean-Charles Moïse et Westner Polycarpe (Nord) et Jean-Baptiste Bien-Aîmé (Nord-Est) ont voté en faveur du rapport de la commission ad hoc.

De leur côté, ont fait abstention les sénateurs Andris Riché (Grande Anse / Sud-Ouest), Lucas Sainvil et Mélius Hyppolite (Nord-Ouest), Jocelerme Privert et Jean William Jeanty (Nippes / Sud Ouest), Francisco de la Cruz (Plateau central), Edwin Zenny (Sud-Est), Jean Willy Jean-Baptiste (Artibonite) et Fritz Carlos Lebon (Sud).

Comme de coutume, le président du sénat, Dieuseul Simon Desras, n’a pas voté.

A cette séance du 24 septembre 2013, étaient absents les sénateurs Maxime Roumer (Grande Anse), Wenceslass Lambert (Sud-Est) et Dereix L. Pierre-Louis (Nord-Est).

Les recommandations de la commission ad hoc vont dans le sens de la mise en accusation « pour crime de haute trahison » du président Joseph Michel Martelly, du premier ministre Laurent Salvador Lamothe ainsi que du ministre de la justice Jean Renel Sanon.

Décédé le 13 juillet 2013, le juge Jean Serge Joseph enquêtait sur les accusations de corruption, concussion, détournement de fonds et usurpation de fonction contre Sophia St Rémy, épouse du président, et de leur fils Olivier Martelly.

L’exécutif « a menti à la Nation », indique le rapport de la commission d’enquête du sénat, tout comme celui de la chambre des députés non encore sanctionné par l’assemblée de la chambre basse.

Le président Martelly est « grillé », anticipe le sénateur Jean-Charles Moïse, qui crie « victoire » avec le vote du 24 septembre 2013.

Maintenant, il est du ressort de la chambre des députés, où Martelly dispose d’une majorité, de faire le suivi de la mise en accusation de hauts responsables de l’exécutif.

Le 9 septembre 2013, dans son discours de clôture de la session parlementaire, le président de l’assemblée nationale, Dieuseul Simon Desras a appelé à la « mobilisation populaire » contre Martelly.

Appel à la « mobilisation populaire » contre Martelly, qui a reçu le support du président de la chambre des députés, Jean Tholbert Alexis.

L’exécutif aurait l’intention de dissoudre le parlement le deuxième lundi de janvier 2014 (le lundi 13 janvier 2014), met en garde le sénateur Desras. [jep efd rc apr 24/09/2013 16:40]