HaitiWebdo

HaitiWebdo Semaine du dimanche 18 au lundi 26 août 2013

Haïti-Conjoncture : Martelly s’éclipse à l’étranger, des parlementaires contre-attaquent


mardi 27 août 2013

P-au-P, 27 août 2013 [AlterPresse] --- Alors que l’administration politique actuelle (du président Joseph Michel Martelly et du premier ministre Laurent Salvador Lamothe) accumule les scandales, l’opposition politique décide de faire une offensive.

L’inquiétude, autour de la tenue ou non des élections en 2013, est l’une des pommes de discorde favorite, mise en avant à chaque discours.

Le parlement consulte les partis politiques sur la conjoncture nationale actuelle, dont les élections

Un grand nombre de partis politiques ont répondu positivement à l’invitation du parlement, de prendre part, le lundi 26 août 2013, à une rencontre d’échanges sur les élections, le budget 2013-2014 et un éventuel amendement de la Constitution haïtienne.

Le questionnement - autour de la bonne volonté de l’exécutif d’organiser des élections démocratiques à la fin de 2013 - est surtout à l’origine de ces échanges.

Pour l’instant, la présidence aurait choisi de revenir au projet de loi électorale, proposé par le Collège transitoire du conseil électoral permanent (Ctcep), après avoir opté d’organiser les prochains scrutins avec la loi électorale de 2008, une loi estimée en partie contradictoire avec la Constitution haïtienne amendée (laquelle reste, à date, controversée).

La tenue des élections sénatoriales (pour le renouvellement du tiers du sénat 10/30) et locales d’ici la fin de l’année 2013 est le point fort de l’agenda proposé.

Cette invitation survient, après l’échec de la convocation des partis politiques, faite pour le mercredi 14 août 2013 par Martelly.

La convocation de Martelly a été boycottée par les partis de l’opposition. Ce qui a poussé la présidence à annuler et renvoyer sine die la réunion avec les partis politiques.

Rectification au sein de la loi électorale de 2008, votée par le parlement

La chambre des députés a voté, le mardi 20 août 2013, à l’instar des sénateurs, la loi rectificative de la loi électorale de 2008.

Cet amendement de la loi reporte normalement, au deuxième lundi de janvier 2015 (au lieu de janvier 2014), la fin du mandat des sénateurs élus en 2009.

Les sénateurs l’avaient déjà votée le mardi 2 juillet 2013.

Cette démarche viserait à barrer la route aux plans du président de la république, qui envisagerait de ne pas organiser les élections d’ici la fin de l’année 2013, question de rendre le sénat dysfonctionnel et créer un vide parlementaire, l’accuse-t-on.

Cette réalité permettrait au président de diriger par décret. Une quinzaine de décrets serait déjà élaborés, selon le président du sénat, Dieuseul Simon Desras.

Le ministre chargé des relations avec le parlement, Ralph Théano, ainsi que les députés proches du gouvernement tentent de rejeter cette modification de la loi électorale de 2008, dont certains articles laissaient place à une large interprétation.

Des députés haïtiens réprouvent l’ambassadrice américaine accréditée en Haïti

Dans une lettre, datée du 23 août 2013 et adressée au premier mandataire de la nation américaine, 21 députés demandent à Barack Hussein Obama de rappeler l’actuelle ambassadrice étasunienne accréditée en Haïti, Pamela Ann White.

Ces 21 députés reprochent à la diplomate d’être excessivement complaisante envers les autorités exécutives en Haïti.

Pamela Ann White est officiellement entrée en fonction le 18 juillet 2012.

Un comportement, qui a été critiqué chez son prédécesseur Kenneth Merten (août 2009-juin / juillet 2012).

Merten a été le seul officiel étranger a déclarer, au palais présidentiel haïtien, le 8 mars 2012, que Joseph Michel Martelly serait de nationalité haïtienne.

Des parlementaires ainsi que plusieurs autres secteurs de la vie nationale continuent de soutenir que Michel Martelly détiendrait la nationalité américaine.

Décès du juge Jean Serge Joseph : la commission de la chambre des députés recommande la mise en accusation de Martelly, Lamothe et Sanon

A l’instar de la commission ad hoc du sénat, la commission spéciale d’enquête de la chambre des députés demande la mise en accusation du président Joseph Michel Martelly, du premier ministre Laurent Salvador Lamothe et du ministre de la justice Jean Renel Sanon, pour crime de haute trahison, après celle du sénat le 08 août 2013.

Dans les deux enquêtes (des commissions ad hoc du sénat et de la chambre des députés), il a été démontré combien le juge Jean Serge Joseph aurait subi des pressions et menaces lors d’une rencontre organisée par les tenants de l’exécutif le 11 juillet 2013, 2 jours avant sa mort d’un accident vasculaire cérébral.

Le juge avait la charge d’instruire une plainte pour corruption et usurpation de fonction, déposée contre Sophia Saint-Rémy et Olivier Martelly, respectivement épouse et fils du président Martelly. Le juge Joseph avait demandé à Martelly de mettre, à disposition de la justice, le premier ministre Lamothe ainsi que plusiuers autres hauts fonctionnaires de l’administration publique.

« Le pays est riche » et le président s’offre de subtiles vacances

Martelly est rentré, en Haïti, le lundi 26 août 2013, après un voyage incognito à l’étranger qui n’a pas manqué de soulever une polémique.

Martelly n’avait pas annoncé publiquement son départ. Il serait passé par les Etats-Unis d’Amérique et les Bahamas, où il aurait fait un tour dans un casino.

Il a aussi été vu à la 11e édition du festival des Arts des Caraïbes (Carifiesta) à Surinam, qui a pris fin le dimanche 25 août 2013.

Dans un entretien, depuis Surinam, Martelly a déclaré que « le pays est riche » et qu’il fallait changer l’image de la pauvreté en celle de la richesse dans l’esprit des citoyens haïtiens et étrangers.

Au mépris des règles de fonctionnement d’une présidence de république, Martelly a fait savoir qu’ « aucune loi » ne lui enjoint d’indiquer là où il se rend, quand il décide de voyager.

Croisière et casinos sont, entre autres, dans les principaux lieux, où Martelly aurait passé une bonne partie de son « voyage privé » à l’abri des bruits de la vie chère, du chômage et des longues coupures d’électricité qui hantent le quotidien haïtien.

La sélection nationale de football sénior affronte la Corée du Sud le 6 septembre 2013

La sélection nationale de football sénior, surnommée « les grenadiers » sera opposée à la sélection sud-coréenne de football, le vendredi 06 septembre 2013, informe la fédération haïtienne de football (Fhf).

Déjà disponible, la liste des joueurs, sélectionnés pour la rencontre, comporte une majorité de joueurs expatriés, évoluant dans des clubs en Amérique et en Europe.

Ce sera le premier match international des grenadiers, après leur élimination prématurée au premier tour de la Gold Cup en juillet 2013, une compétition remportée par les États-Unis d’Amérique.

7 morts, dont un policier national, en une journée

La semaine, du 18 au 24 août 2013, a été particulièrement sanglante par rapport à la tendance - plutôt calme - des premiers jours du mois d’août 2013.

Sept (7) personnes ont été tuées par balles, dont 3 à Carrefour (municipalité au sud de la capitale).

À Carrefour, le policier national Esaïe Pierre Fils, agent I issu de la 22e promotion de l’institution, a été abattu après avoir récupéré un transfert d’argent.

Deux (2) frères ont péri dans le cadre d’un conflit terrien.

Les autres personnes ont été assassinées au centre de la capitale haïtienne. [srh kft rc apr 27/08/2013 9:50]