HaitiWebdo

HaitiWebdo, semaine du dimanche12 au samedi 18 mai 2013

Haïti-Conjoncture : Faut-il fêter la misère du peuple ?


lundi 20 mai 2013

P-au-P, 20 mai 2013 [AlterPresse] --- Au moment où une crise alimentaire est annoncée pour cette année 2013, c’est au moins la somme de 42 millions de gourdes (1 million de dollars américains) du trésor public qui ont été mobilisés par l’exécutif pour marquer le deuxième anniversaire de la prise de fonction du président Michel Martelly le mardi 14 mai 2013.

À l’instar des dictateurs François et Jean-Claude Duvalier, Michel Martelly a dépêché des bus pour transporter des partisans de nombreuses villes de provinces au Champs-de-Mars, principale place publique de la capitale, où les festivités se sont déroulées.

C’est dans l’illégalité que ces millions de gourdes sont dépensées, estiment certains politiques qui interviennent dans les médias de la capitale.

Aucune loi haïtienne ne permet à un président de célébrer son arrivée au pouvoir ou encore d’engager de telles dépenses pour de pareilles occasions.

Le ministère de l’économie et des finances (Mef), dirigé par Wilson Laleau, n’a fourni aucune explication à la nation sur le processus qui a permis de retirer 1 million de dollars des caisses de l’État.

Son mandat n’est pas terminé, mais Michel Martelly lance déjà une nouvelle campagne en utilisant maints supports de communication, tels que banderoles, appels téléphoniques et textos, de petites affiches et des affiches ambulantes posées sur des véhicules destinés à la publicité.

Il n’est pas en panne de slogans.

Parmi ceux-ci, « Haïti avance », « 2 années de progrès », « aucun autre président n’a fait mieux que moi sur les 25 dernières années ».

Pourtant, aucune des priorités de l’exécutif, axées essentiellement sur l’environnement, l’éducation, l’emploi, l’énergie, l’État de droit, n’est vraiment en passe d’être concrétisée.

Même si des emplois temporaires ont été créés, la situation demeure très corsée sur divers plans.

Toujours les mêmes risques de désastres en cas de catastrophes naturelles, les mêmes enfants non scolarisés dans les rues et aucun changement n’est amorcé dans le système éducatif, aucune source alternative d’énergie pour les familles et manque de transparence dans les dépenses gouvernementales voire l’adoption de décisions non reconnues par la loi.

Des milliers de personnes sinistrées du tremblement de terre du 12 janvier 2010 sont encore sous des tentes, et c’est vers une crise alimentaire qu’avance le pays, a fait savoir la coordination nationale de la sécurité alimentaire (Cnsa).

Des élus de la chambre basse en mode bassesse

Lucner Noël, le député de Ouanaminthe (Nord-Est), genou gauche au sol et main droite en l’air, s’est prosterné devant Martelly au cours des festivités du mardi 14 mai 2013, avant de parler des maigres réalisations du gouvernement dans sa communauté, à l’instar de tous les autres élus de la chambre basse, membres du bloc Parlementaires pour la stabilité et le progrès (Psp), proche de l’exécutif.

Dieuseul Simon Desras, président du sénat, déplore ce comportement.

Appuyé par ses collègues du Psp, Lucner Noël a expliqué qu’il s’était agenouillé devant Dieu, l’Éternel des chrétiens.

Le drapeau haïtien a 210 ans

Comme d’habitude, la ville de l’Arcahaie (Ouest) a accueilli, le samedi 18 mai 2013, les principales manifestations politiques et artistiques officielles, à l’occasion de la célébration des 210 années de création du drapeau national.

Martelly a appelé à « l’unité », tout en prônant une Haïti libre, juste, symbole de la liberté aux yeux du monde entier.

Dans la capitale haïtienne, des élèves - issus des écoles nationales, fanions en main - se sont rencontrés au stade national de football Sylvio Cator (centre de la capitale) pour marquer la journée.

Des individus, s’identifiant à d’anciens militaires, ont manifesté à Gressier (Ouest), toujours à la faveur de la remobilisation de l’Armée, une promesse de campagne de Michel Martelly.

Des élections, selon la loi

Le président du collège transitoire du conseil électoral provisoire (Ctcep), Emmanuel Ménard, affirme, dans la presse, avoir déjà reçu plusieurs propositions, venant de divers regroupements sociaux et politiques, en vue de l’élaboration de la loi électorale.

« Toutes les propositions seront prises en compte », déclare Emmanuel Ménard, qui promet d’agir, selon la loi, dans l’organisation des élections.

Il ajoute qu’il ne recevra d’ordres de personne, ni d’aucune instance nationale ou internationale.

L’initiative de la société civile (Isc), le Conseil haïtien des acteurs non étatiques (Conhane), le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), le Conseil national d’observation électorale (Cno) et le parti Fusion des sociaux-démocrates ont déjà soumis leurs propositions au Ctcep.

Crise alimentaire : encore une réponse en riz

Entre 15 et 18 mille tonnes de riz importé devront arriver dans le pays, d’ici la fin du mois de mai en cours et durant le mois de juin, a annoncé Michael Lecorps, directeur du bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (Bmpad).

Ce riz, baptisé "10 sur 10", devra permettre une réduction du prix du produit sur le marché national.

Cette action de tampon reste la principale, généralement entreprise par les gouvernements haïtiens, en cas d’annonce de crise alimentaire.

Une première cargaison était arrivée en mars 2013.

Par ailleurs, la commission de stabilisation des prix et le conseil de développement économique et social (Cdes) ont organisé, les jeudi 16 et vendredi17 mai 2013, un atelier sur la question de la sécurité alimentaire, dans l’objectif de récolter des informations pour l’élaboration d’une politique nationale de souveraineté alimentaire, nutritionnelle.

Cette rencontre s’est déroulée au Sud du pays, d’autres ateliers devront bientôt être organisés dans d’autres départements géographiques du pays.

Un numéro anti-corruption : 5656

Le directeur de l’unité de lutte contre la corruption (Ulcc), Antoine Atouriste, a annoncé, le lundi 13 mai 2013, la création de la ligne 5656, à partir de laquelle toutes les citoyennes et tous les citoyens pourront appeler pour dénoncer les cas de corruption.

Antoine Atouriste a également rencontré une délégation américaine, le 17 mai, au local de l’institution. Les visiteurs ont promis d’apporter leur soutien à l’Ulcc, dans la mise en œuvre d’un plan stratégique national de lutte contre la corruption et dans les audits.

Quatre assassinats

Quatre meurtres ont été enregistrés à la capitale et ses environs durant ces derniers jours.

Lyguns Jean-Louis, employé au service logistique du palais national, a été tué par balles à Carrefour (banlieue sud) le mercredi 15 mai dernier.

Clausel Charles et René Dalencourt ont été abattus, le vendredi 17 mai 2013, dans la zone du Canapé-Vert (secteur est de la capitale). Ces deux hommes travaillaient pour un supermarché situé à Delmas (nord-est de la capitale). Ils revenaient de la banque.

Le même jour, un agent de l’unité départementale de maintien d’ordre (Udmo), Jean René Espérance, a été tué au wharf de Jérémie (banlieue nord). La mère de la victime a été transportée d’urgence à l’hôpital après avoir été atteinte, elle, de 2 projectiles. [srh kft gp apr 20/05/2013 12:30]